Sénégal: Pétrole et gaz - Les compagnies engagées à minimiser l'impact du Covid sur les délais de production

Dakar — La ministre du Pétrole et des Energies, Aissatou Sophie Gladima, a salué l'engagement des compagnies pétrolières et gazières à minimiser l'impact de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19 sur les délais des premières productions de gaz et de pétrole.

"Malgré les impacts socio-économiques de la crise sanitaire liée au Covid-19 sur l'exploitation du pétrole et du gaz, nos partenaires ont pris fort heureusement l'engagement de faire tout leur possible pour minimiser les impacts sur les délais de production des premiers mètres cubes de gaz et de barils de pétrole", a-t-elle dit.

L'ancienne ministre des Mines et de la Géologie intervenait lors de la deuxième édition de la table-ronde sur la gouvernance des ressources naturelles initiée par l'Observatoire de suivi des indicateurs de développement économique en Afrique (OSIEDA).

La rencontre portait sur le thème "Les impacts socio-économiques de la crise sanitaire sur l'exploitation du pétrole et du gaz au Sénégal".

Aissatou Sophie Gladima déclare que les conséquences de la pandémie de Covid-19 "laissent entrevoir de réelles préoccupations quant aux projets en cours de mise en œuvre".

Elle a cité à cet égard le projet Grand Tortue Ahmeyin (GTA) de British Pétrolieum (BP) et le projet Sangomar de la compagnie australienne, Woodside.

La ministre du Pétrole a rappelé que la crise sanitaire a contraint des Etats à prendre des mesures de confinement dont les conséquences se sont notamment traduites par "un ralentissement, voire un arrêt des travaux dans les pays où la plupart des équipements nécessaires aux projets pétroliers et gaziers sont fabriqués".

La directrice des Affaires extérieures de British Pétroleum (BP), Fatoumata Sow, a confirmé le report à 2023 de l'exploitation du gaz au Sénégal, initialement prévue en 2022.

"L'exploitation du gaz au Sénégal est prévue pour 2023, soit un report d'un an, car elle était programmée pour 2022", a-t-elle dit.

Ce report est selon elle lié à la pandémie de Covid-19, qui a touché les activités de la compagnie britannique.

"La situation sanitaire a obligé BP à reporter ses dépenses d'investissement de la phase 1 de Tortue 2020 pour son projet d'unité flottante de GNL de plusieurs milliards de dollars situé à cheval sur la frontière sénégalo-mauritanienne", a dit la directrice des Affaires extérieures de British Petroleum.

Woodside, la compagnie australienne, n'a non plus pas été épargnée par les conséquences de la pandémie, si l'on en croit ses responsables.

"Nous restons confrontés aux répercussions de la pandémie et essayons de préserver voire d'améliorer la valeur de notre projet, même si Woodside garde toujours l'horizon sur 2023 pour la production des premiers barils de pétrole sur ce projet offshore", a dit David Grislain, représentant de la compagnie australienne.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.