Sénégal: Démarrage de la campagne de commercialisation - À Diourbel, le prix du kg d'arachide varie entre 250 et 350 FCfa

25 Novembre 2020

La campagne de commercialisation agricole a démarré sur toute l'étendue du territoire national depuis ce lundi 24 novembre. À Diourbel, le prix de l'arachide varie entre 250 et 350 FCfa dans les différents points de collecte y compris sur le marché parallèle.

Le démarrage de la campagne de commercialisation de l'arachide est effectif à Diourbel. Il est marqué par une forte concurrence entre les opérateurs privés stockeurs semenciers détenteurs de points de collecte officiels et ceux du marché parallèle.

Le prix varie entre 250 et 350 FCfa. À Tennefoul, un village de la commune de Tocky Gare situé à 10 km de Diourbel, le commerce de l'arachide bat son plein. C'est un point de collecte officiel désigné par le Comité national interprofessionnel de l'arachide (Cnia).

« Je viens de vendre 88 kg d'arachide à 250 FCfa. Nous savons que nous pouvons vendre le kg à un meilleur prix ailleurs. Mais, nous préférons cet opérateur.

En fait, c'est une sorte de collaboration parce qu'en juin-juillet, il nous avait vendu des semences ou même donné à crédit », explique Khollé Diouf tenant entre ces mains des sacs vides qui contenaient certainement de l'arachide. Il vient de sortir du magasin de stockage.

Venus d'un autre village près de Tennefoul, Khoulé, Khollé Diouf et ses compagnons se réjouissent de l'augmentation du prix du kilogramme d'arachide. « Nous aurions souhaité naturellement avoir plus, mais nous, paysans, ne minimisons pas les 40 FCfa de plus de cette année.

J'ai vendu 45 kg pour aider mon petit frère à subvenir à certains besoins scolaires. Le choix de ce point de collecte n'est pas un hasard puisque l'année dernier, c'est ici que j'étais venu acheter mes semences à crédit.

Alors, c'est normal que je lui vende une partie de ma récolte », confie, à son tour, Sylla Diagne, tout heureux. Il remercie le bon Dieu de l'abondance des récoltes qui lui ont permis de payer sa dette et de vendre une partie de ce qui lui reste.

À l'entrée du grand magasin de stockage en zinc, Diogo Ngom, le gérant et représentant de l'opérateur semencier, installe une table sur laquelle sont posés deux cahiers, un bloc de reçu et un stylo. Il circule entre la bascule et les sacs d'arachide qu'il vient d'acheter.

« Conformément à la directive des autorités, nous achetons le prix de l'arachide à 250 FCfa. Nous avons débuté à 11h parce que je devais passer par la banque pour récupérer l'argent. En deux heures, j'ai déjà 665 kg.

Et je suis sûr que l'information de ma présence n'est pas bien véhiculée dans les différents villages. Mais, d'ici mercredi, l'affluence va augmenter », indique-t-il.

Diogo Ngom déplore cependant la concurrence des opérateurs du marché parallèle. Selon lui, c'est des gens qui achètent à des prix variables et ne respectent aucune règle parce qu'ils revendent aux étrangers.

Des accusations que ses collègues du marché parallèle rejettent en bloc. Au milieu des sacs remplis d'arachide, cette opératrice qui a élu domicile à Nébé, à deux km au Nord-est de Diourbel, argue que c'est une question de marché.

« Peu importe notre lieu d'écoulement, l'essentiel est de proposer aux paysans un prix acceptable. Encore faut-il comprendre que l'État fixe une barre de prix à laquelle on ne doit pas proposer un prix en dessous.

C'est un prix plancher. Cela veut dire que si l'État fixe le prix à 250 FCfa, nous avons la latitude de proposer plus. Nous respectons parfaitement la loi », dit-elle.

Au marché Ndoumbé Diop de Diourbel, en ce lundi jour du marché hebdomadaire, les points de vente sont innombrables. Dans la zone dénommée Khelcom, camions et charrettes déchargent des sacs d'arachide.

Les commerçants se bousculent et marchandent. Ici, le prix varie entre 300 et 350 FCfa. « Je préfère amener mes graines d'arachide dans ce marché.

Le prix est plus élevé ici que dans les points de collecte officiels », révèle Babacar Ndiaye, tenant entre ses mains son argent et les rênes de son cheval.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.