Gambie: Un ancien trésorier général de Jammeh révéle sa participation dans la tentative de coup d'état de 2006

25 Novembre 2020

Un ancien trésorier général, qui a travaillé dans le gouvernement de l'ancien Président Yahya Jammeh, a révélé sa participation dans la tentative de coup d'état de 2006 et son incarcération à la prison de Mile 2 et au quartier général de l'Agence Nationale de Renseignements (NIA) lors de son témoignage hier devant la Commission Vérité, Réconciliation et Réparations (TRRC).

Alieu Jobe, un résident de Fajikunda, a expliqué qu'en 2005, le Chef d'État-major Ndure Cham l'a informé au cours d'une conversation qu'il avait l'intention de mettre fin au régime de Yayha Jammeh.

Il a ajouté que le Colonel Ndure a cité les raisons pour lesquelles il voulait mettre fin au régime de Yahya Jammeh. A savoir le manque de discipline dans l'armée, les violations flagrantes des droits de l'Homme, la corruption et l'instabilité politique dans la sous-région.

" Le Colonel Ndure m'a dit qu'il voulait rétablir un régime civil et jouir du respect et du soutien de la communauté internationale. Il m'a dit que son projet de coup d'état avait reçu l'approbation et l'assentiment d'un nombre important de soldats et de ministres.

Il m'a également révélé qu'il avait l'intention de me proposer comme candidat en vertu de l'expérience que j'ai acquise lorsque je travaillais avec les forces armées.

Je n'ai cependant pas cru un seul instant que j'aurais été nommé Président si le coup d'état avait réussi car je connaissais très bien les soldats."

Jobe a déclaré à la Commission qu'il avait initialement refusé cette offre car un coup d'état était une violation de l'ordre constitutionnel du pays.

Jobe a témoigné que le 21 Mars 2006, une rumeur de coup d'état circulait, des soldats avaient été arrêtés et interrogés à Mile 2.

Il a ajouté que c'est Famara Jammeh qui avait révélé son implication dans la tentative de coup d'état. Quelques jours après, Musa Jammeh dit Maliya Munku et deux soldats armés sont venus dans son bureau et l'ont mis sous état d'arrestation.

Le témoin a également révélé qu'il a été conduit au quartier général de l'Agence Nationale de Renseignements (NIA) et ensuite à la Prison de Mile 2.

Il a poursuivi son récit en disant qu'il a été enfermé dans une cellule à Mile 2. Ses chaussures, sa ceinture ainsi que d'autres articles ont été pris par Omar Colley dit Jagai.

" J'ai été conduit à Mile 2 puis à la NIA où j'ai rencontré et j'ai été interrogé par Lang Tombong, Yankuba Badjie, Ousman Sonko, Alhagie Martin ainsi que d'autres agents. Ils m'ont demandé si Ndure m'avait dit d'informer Famara Jammeh sur la tentative de coup d'état.

J'ai dit et insisté que je ne savais rien sur la tentative de coup d'état. Les 'junglers' m'ont alors menotté, m'ont passé un sac au-dessus de la tête, m'ont malmené et molesté, et ce, de manière impitoyable pendant environ 30 minutes."

Il a déclaré qu'il avait été conduit une deuxième fois à la NIA, et ce, pour une séance de torture. Il a donc avoué à ce moment aux agents de la NIA que Ndure lui avait demandé d'informer Famara sur la tentative de coup d'état.

Le témoin a ajouté qu'il avait également été molesté, battu et enfermé dans une cellule du quartier général de la NIA.

Apres avoir subi plusieurs séances de torture, il a finalement été présenté devant le tribunal en compagnie de 13 autres individus et a été inculpé pour trahison et tentative de trahison.

" J'ai été condamné mais gracié par Jammeh. Lors des célébrations du 22 Juillet, Jammeh a promis de nous libérer au cours de son discours. J'ai eu la chance de faire partie de ceux qui ont été libérés."

Plus de: The Point

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.