Sénégal: Polémique autour des cent cinquante mille tonnes de sucre qui inonderaient le marché - Assome Diatta prend le contre-pied de la CSS

25 Novembre 2020

Contrairement aux allégations du Directeur des ressources humaines de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css), Louis Lamotte, qui indique que la compagnie n'arrive pas à écouler sa production locale de sucre, à cause de la mauvaise gestion de la Déclaration d'importation de produits alimentaires (Dipa) avec du sucre importé qui inonde le marché, le ministre du Commerce et des Petites et moyennes entreprises, Assome Aminata Diatta informe qu'en réalité, c'est le sucre importé par la compagnie à travers cette fameuse Dipa qui est invendu.

Elle n'a pas manqué de révéler que la Dipa est délivrée gratuitement, tout en appelant les acteurs au dialogue.

La polémique suscitée par la marche des agents de la Compagnie sucrière sénégalaise (Css) craignant pour leurs emplois, tout comme la sortie du Directeur des ressources humaines de ladite société, Louis Lamotte, indexant le ministère du Commerce sur la mauvaise gestion des Déclarations d'importation de produits alimentaires (Dipa), qui serait à l'origine de l'inondation du marché par 150.000 tonnes de sucre importé, ne s'estompe toujours pas.

Hier, mardi 24 novembre, lors de la rencontre du gouvernement avec la presse, le mis en cause, en l'occurrence, Aminata Assome Diatta a apporté la réplique à Louis Lamotte.

En effet, le ministre informe qu'en réalité, la Dipa concernait un total de 173.000 tonnes de sucre à importer, sur la base d'un travail fait par le ministère des Industries à travers sa Direction du redéploiement industriel, en commun accord avec la Css.

A son avis, sur cette quantité destinée à la Dipa, au total 107.000 tonnes de sucre ont été importés par les industriels qui sont dans l'alimentaire, comme par exemple ceux qui font du chocolat.

Elle poursuit qu'il y a 66.000 tonnes qui ont été mises à la consommation directe. Il faut y soustraire le quota de l'aide alimentaire distribuée dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

Mieux, elle dira que sur ces 66.000 tonnes, la Css en dispose 20.000 tonnes. Donc, prenant le contrepied de Lamotte, elle dira qu'en réalité, c'est ce sucre importé par la Css qui n'est pas écoulé et non la production locale de la société.

DEMATERIALISATION DE LA DIPA

Poursuivant, le ministre a expliqué qu'il y a un travail qui est fait par le ministère, en collaboration avec la Css, pour déterminer le gap en sucre, avant que les quotas pour la Dipa ne soient octroyés entre la Css qui dispose du plus grand lot, et les importateurs.

Mieux, elle dira que la Dipa est octroyée de manière gratuite par le ministère, mais soumise à des conditions. Elle n'a pas manqué, toutefois, de préciser que certains quotataires cèdent leur Dipa à un autre, sur la base d'un acte de cession notifié au ministère du Commerce.

Ainsi donc, Assome Aminata Diatta refuse toute volonté de liquidation du fleuron industriel du pays qu'est la Css.

Par conséquent, pour prendre à bras-le-corps ce problème assez récurrent, elle a informé qu'il a été décidé de dématérialiser la Déclaration d'importation de produits alimentaires, afin de faciliter la procédure.

Mieux, soucieuse de la stabilité dans le secteur, Aminata Assome Diatta a invité la Css, ainsi que l'ensemble des acteurs qui gravitent autour du sucre, à des échanges.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.