Sénégal: Maladie apparue chez les pêcheurs - Le mystère toujours de mise

25 Novembre 2020

La maladie qui a attaqué des pêcheurs n'a pas encore livré tous ses secrets. Après les conclusions de l'enquête soutenant que les recherches seront désormais orientées vers les filets de pêches, le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a dit hier, mardi 24 novembre, lors de la conférence de presse gouvernementale, que des investigations seront faites sur d'autres éléments comme les algues et le carburant afin de déterminer les causes exactes.

Les autorités ne sont pas encore parvenues à déceler la cause exacte de la maladie de la peau apparue chez des pêcheurs depuis plusieurs jours.

Alors que les résultats de la Direction de l'environnement et des établissements classés (Deec), publiés en début de semaine, orientaient la recherche vers les filets de pêche, le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a évoqué d'autres pistes.

«Des équipes se sont déplacées, avec les pêcheurs, pour se rendre à 8 km de Ngaparou, l'endroit indiqué comme étant l'origine de la maladie.

Au total, 10 prélèvements ont été effectués : 2 sur les poissons, 4 sur l'eau de mer et 4 autres sur les algues. Aucune infection chimique ou toxique sur l'eau ou sur les poissons et qui peut justifier la maladie n'a été décelée.

Il reste les prélèvements sur les algues, parce qu'il y avait des soupçons sur le fait que la maladie pouvait avoir des origines algales. Le laboratoire Ceres-Locustox commis n'est pas suffisamment outillé pour effectuer ces types d'analyses sur les algues.

C'est la raison pour laquelle elles sont orientées vers le Centre anti poison ; mais la quantité qui a été prélevée n'était pas suffisante. Une mission est retournée, lundi 23 novembre, pour d'autres prélèvements», a declaré Abdou Karim Sall. Les investigations seront poursuivies, a-t-il promis.

«Aucune piste ne sera écartée. Nous allons continuer à faire des investigations sur les algues. Selon les informations que nous avons reçues des pêcheurs, l'apparition de cette maladie a coïncidé avec une apparition massive d'algues dans les lieux indiqués. C'est pourquoi nous avons pensé, à l'époque, que la maladie pouvait avoir des origines algales.

L'analyse des algues se fera parce que les prélèvements sont revenus. Mais nous n'écarterons pas aussi le carburant qui peut aussi être un élément qui a contribué à l'apparition de cette maladie ; les filets ne seront pas épargnés», a soutenu Abdou Karim Sall.

1004 CAS IDENTIFIES

De son côté, Abdoulaye Diouf Sarr, ministre de la Santé et de l'Action sociale a révélé qu'au total 1004 cas de cette maladie ont été répertorié à Dakar, Thiès et Kolda.

«À la date du 23 novembre, le tableau du pays se décrit ainsi : d'abord, dans la région de Dakar, un total de 567 patients a été effectivement identifié, totalement pris en charge, avec une évolution positive pour tout le monde.

Au moment où je vous parle, il y a un seul cas hospitalisé. Cela aussi révèle une certaine efficacité dans la prise en charge.

Ensuite, à Thiès, sur 431 cas identifiés, tout le monde est pris en charge et il n'y a pas de cas hospitalisé. Enfin, à Kolda, un (1) cas a été signalé. Il s'agit d'un cas isolé dont l'origine est identifiée à Dakar», a déclaré Abdoulaye Diouf Sarr selon qui la maladie n'est pas contagieuse.

Elle n'affecte pas non plus le poisson. Abdoulaye Diouf Sarr d'annoncer aussi que «tous les cas ont évolué favorablement, sous traitement médical, sans complication ni aggravation des lésions.

Les résultats des examens biologiques effectués n'ont pas révélé de causes infectieuses. Mais d'autres investigations sont en cours, sur la base d'hypothèses successifs», a-t-il assuré.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.