Afrique: Avec la résurgence de la pandémie, le spectre du reconfinement plane sur l'Amérique

New York — Avec la nouvelle flambée des infections au coronavirus aux Etats-Unis, qui a porté le nombre total des cas à plus de 12,5 millions et fait grimper de manière inquiétante les hospitalisations liées au Covid-19, plusieurs Etats et villes à travers le pays se sont résignés à décréter une série de mesures de confinement et de restrictions dans un ultime effort pour freiner l'épidémie.

Cette résurgence de la maladie intervient à la veille de l'hiver, période durant laquelle les experts sanitaires s'attendent à un retour en force de la pandémie, alimentée par les fêtes de fin d'année durant lesquelles les Américains ont tendance à voyager et à se réunir en famille et entre amis. Une perspective qui suscite l'inquiétude de voir la période des fêtes ajouter de l'huile sur le feu et aggraver davantage l'épidémie.

Les vacances de la fête de Thanksgiving, célébrée ce jeudi, préoccupe particulièrement les autorités sanitaires américaines. Cette célébration est, en effet, l'une des plus populaires aux Etats-Unis, durant laquelle les Américains ont tendance à voyager et à se réunir en famille.

Dans un geste peu habituel, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) a tenu une conférence de presse la semaine dernière pour déconseiller aux Américains de voyager et de célébrer le Thanksgiving avec toute personne en dehors de leur famille rapprochée.

Mais reconnaissant que plusieurs personnes comptent quand même voyager et passer ces vacances avec leurs amis et membres de famille éloignés, le CDC a recommandé aux Américains qui comptent le faire de tenir leurs réunions à l'extérieur, où la circulation d'air contribue à disperser le virus avant qu'il ne soit inhalé.

A New York, qui était l'épicentre de la pandémie durant le printemps et où les infections sont à nouveau à la hausse, le maire Bill de Blasio a décidé la fermeture des écoles publiques jusqu'après les vacances de Thanksgiving, tout en avertissant que d'autres mesures de restrictions et de fermetures devraient intervenir incessamment.

De son côté, le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a fait état d'inquiétudes croissantes en raison de la flambée des infections dans certaines partie de la ville, notamment à Staten Island et dans la partie nord de Manhattan, avertissant que certains quartiers risquent par conséquent de basculer dans la zone "jaune" ou "orange" qui impliqueraient des fermetures et des restrictions sur certains commerces et activités, notamment la restauration à l'intérieur, les salles de sport et les lieux de culte.

A travers tout le pays, notamment dans les Etats du Midwest et de l'ouest, des mesures similaires ont été décrétées pour tenter de freiner la propagation du virus.

Plusieurs gouverneurs républicains, qui s'opposaient auparavant aux mesures de fermeture, se sont résignés à les décréter et à rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics.

Mais face à cette nouvelle explosion de cas, une lueur d'espoir se pointe à l'horizon avec l'annonce de résultats prometteurs des vaccins anti Covid-19 développés par plusieurs laboratoires. Les Etats-Unis comptent ainsi entamer la campagne de vaccination à partir de la deuxième moitié de décembre.

Si tout se passe comme prévu, "notre plan est de pouvoir transporter les vaccins vers les sites d'immunisation dans les 24 heures suivant l'approbation" d'un vaccin, a déclaré le Dr Moncef Slaoui, conseiller scientifique de l'opération "Warp Speed" (vitesse de l'éclair) lancée par la Maison Blanche.

Le laboratoire américain Pfizer, et son partenaire BioNTech, ont déjà soumis une demande d'autorisation à l'Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) pour leur candidat vaccin. Un comité consultatif sur les vaccins de la FDA devrait se réunir le 10 décembre, cela signifie que s'il est autorisé, "le vaccin pourrait être déployé le lendemain", a assuré le Dr Slaoui.

A La Une: Afrique

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.