Maroc: Réda Mhasni, psychologue clinicien et psychothérapeute

interview

La pandémie et le confinement ont favorisé la violence contre les femme§

Quels sont les déterminants sociaux et psychologiques participant à la recrudescence des différentes formes de violence faites aux femmes ?

Des inégalités historiques ont donné lieu à une certaine domination masculine sur la femme. Nous sommes une société éminemment traditionaliste, patriarcale et pour autant ces inégalités prennent plus de formes. Il y a également un substrat historique au système de valeurs régi par la tradition et qui légitime le sexisme et la violence physique, verbale et psychologique à l'égard des femmes. Au niveau de l'éducation de la société, une éducation au genre et au respect de l'autre n'a pas encore été installée. Il y a donc une certaine éducation qui prône une supériorité de l'individu masculin par rapport à l'individu féminin et qui discrimine la fille par rapport au garçon et plus tard la femme par rapport à l'homme.

Quel a été l'impact du confinement et de la pandémie sur la cadence des violences faites aux femmes ?

La pandémie a favorisé la violence à l'égard des femmes de par le confinement pendant des mois et de par la restriction de la mobilité des citoyens qui a mis les femmes face à leurs bourreaux avec l'impossibilité de pouvoir en parler ou de contacter des associations comme elles auraient pu le faire en temps ordinaire. Les contacts avec la famille et l'environnement étaient très réduits, ce qui a favorisé la pression et la tension ressenties par toute la famille et fait en sorte que ceux qui étaient violents avant la pandémie l'ont été encore plus et les victimes n'ont eu d'autre choix que de subir cette situation. Nous avons observé plusieurs tentatives de suicide, plusieurs plaintes liées à la violence domestique et notamment une hausse notable du taux de demande de divorce dans les tribunaux casablancais.

Quelles sont les répercussions psychologiques sur la société de la violence à l'égard des femmes ?

Les répercussions psychologiques se traduisent par des maladies somatiques, des passages à l'acte suicidaire, une autodestruction, des automutilations, des addictions, une perte d'estime de soi, de l'image positive de soi et des troubles mentaux relatifs au stress post traumatique et à l'anxiété. C'est, en effet, une violence qui s'inscrit dans le temps et qui met la victime dans un stress post-traumatique. Au niveau social, les filles et les femmes sont privées de leur droit à l'enseignement, à la formation, à l'accès au monde du travail, à l'autonomisation, ce qui a un impact négatif sur toute la société.

Quelles sont les solutions pour éradiquer les violences faites aux femmes?

Il est important qu'il y ait une adhésion de tous les acteurs de la société présents surle terrain, notamment le personnel de la santé qui reçoit fréquemment les victimes de la violence physique et psychologique. Il faut travailler sur la formation des agents de santé, travailler avec les assistantes sociales, avec les éducateurs, avec le réseau associatif qui lutte contre la violence faite aux femmes, avec la police et la Gendarmerie Royale pour assurer un meilleur accueil et pour faciliter la procédure d'alerte et de déclaration de l'abus. Il est important que toute déclaration de violence ait une réponse dans l'immédiat, une prise en charge et un suivi, en plus du renforcement de la procédure de prise en charge médicale, psychologique et socioprofessionnelle des victimes de la violence. Il faut une implication de la société toute entière et des législateurs pour renforcer l'arsenal juridique concernant la violence à l'égard des femmes, et organiser des campagnes de sensibilisation par les médias qui doivent prendre part à une politique nationale en vue de protéger les femmes, les filles et la société. Il est nécessaire qu'il y ait une convergence de toutes les forces du terrain politique, médical, social, sécuritaire, ainsi que les médias pour mener à bien cette réforme visant à éradiquer les inégalités entre les hommes et les femmes.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.