Afrique: Les ministres africains de la santé appellent à une plus grande vigilance dans la lutte contre la Covid-19

Brazzaville — Les ministres africains de la santé réunis cette semaine pour la reprise de la session virtuelle soixante-dixième session du Comité régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique ont fait le point sur les efforts déployés dans la région pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Ils ont lancé un appel à la vigilance et à la prévention d'une éventuelle résurgence des infections.

En ouvrant la réunion, Mme Jacqueline Lydia Mikolo, ministre de la Santé et de la Population de la République du Congo et présidente du 70ème Comité régional, a appelé à un engagement politique accru de haut niveau, à la solidarité, au partage de l'information et à la recherche sur les médecines traditionnelles dans la lutte contre la COVID-19.

« C'est aussi l'occasion de réitérer notre engagement de préserver les acquis et de travailler ardemment et ensemble à contenir l'éventuelle deuxième vague de la pandémie à coronavirus (COVID-19) en Afrique », a déclaré le ministre Mikolo.

Elle a également noté qu'il était crucial de « lutter contre la complaisance - dans l'observance des mesures préventives de la COVID-19 - en renforçant la communication et la surveillance épidémiologique ».

La plupart des pays africains ont rapidement pris des mesures, et ces efforts pour limiter les déplacements et les rassemblements, ainsi que la mise en œuvre de mesures clés de santé publique ont contribué à maintenir les cas et les décès en Afrique à un niveau inférieur à celui de plusieurs autres régions du monde.

Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, a souligné l'importance de renforcer la prévention, notamment avec les mouvements et rassemblements pendant les fêtes de fin d'année. «

Alors que nous observons une augmentation des cas dans certaines parties de l'Europe et des Amériques, et une hausse dans notre tendance régionale quotidienne des cas, nous ne pouvons pas être complaisants.

Nous devons nous préparer à une résurgence, notamment en renforçant les précautions dans les situations à risque comme les rassemblements lors des fêtes et des élections ».

Au cours des trois dernières semaines, la région africaine a enregistré une augmentation constante des cas de COVID-19. Au 22 novembre, 18 pays ont signalé une augmentation de plus de 20 % par rapport aux sept jours précédents.

« Nous devons tous continuer à être vigilants dans nos stratégies de tests, d'isolement et de traitement, ainsi que dans notre communication sur les interventions non pharmaceutiques qui doit être forte », a déclaré l'Honorable Lia Tadesse Gebremedhin, Ministre éthiopien de la santé et deuxième vice-présidente du 70ème Comité régional.

« La pandémie de la COVID-19 est une crise sans précédent dans notre vie, mais elle peut être un catalyseur pour construire une Afrique plus sûre, plus saine et plus durable que nous souhaitons tous ».

Lors de l'événement spécial sur la réponse à la COVID-19 dans la Région africaine de l'OMS, qui a eu lieu pendant le Comité régional, le Ministre sud-africain de la Santé, M. Zweli Mkhize, a partagé les leçons tirées de l'expérience de son pays dans la lutte contre le virus.

Le ministre a souligné la nécessité d'un engagement au plus haut niveau pour des décisions rapides et fondées sur des données probantes, l'utilisation opportune de technologies innovantes, la collaboration entre les secteurs public et privé et la prise en compte des répercussions socio-économiques de la pandémie, en particulier parmi les groupes les plus vulnérables.

« En ce moment, nous traversons une période de lassitude face à la COVID-19, à la fois de la part des communautés qui en ont assez de porter des masques et d'observer la distance physique.

Nous avons également des travailleurs de la santé qui ont payé un lourd tribut et, maintenant que la résurgence apparait, montrent également beaucoup de fatigue. Ce sont les domaines sur lesquels nous devons continuer à nous concentrer », a déclaré le ministre Mkhize.

L'OMS a pris toute une série de mesures pour aider les pays à se préparer à l'introduction des nouveaux vaccins COVID-19, notamment en publiant de nouvelles directives sur la planification et le déploiement de la vaccination et en créant un nouvel outil en ligne à l'usage des gouvernements africains pour évaluer l'état de préparation de l'introduction des vaccins COVID-19.

La réunion virtuelle d'aujourd'hui a permis de poursuivre les discussions qui ont débuté en ligne le 25 août. Plus de 200 délégués et représentants de la société civile ont pris part aux délibérations qui ont également porté sur le budget du programme de l'OMS pour 2022-2023.

La Session du Comité régional est le rassemblement annuel de l'organe directeur de l'OMS pour l'Afrique, qui réunit les ministres de la Santé et les hauts fonctionnaires des 47 États membres de la Région africaine de l'OMS. La soixante et onzième session du Comité régional se tiendra à Lomé, au Togo, en 2021.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.