Congo-Kinshasa: Acaj - L'ONG promeut la réduction des droits et avantages financiers indûment accordés à Joseph Kabila

La structure défense des droits de l'Homme appelle les députés et sénateurs à prendre leurs responsabilités en vue de permettre au gouvernement de répondre positivement à ses engagements basiques en rapport avec l'amélioration des conditions de vie de la population.

L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) recommande aux députés et sénateurs de « tout faire pour réduire tous les droits et avantages financiers accordés à l'ancien président Joseph Kabila et autres corps constitués ». À travers une lettre ouverte adressée aux parlementaires dont la copie est arrivé le 25 novembre à la presse, cette organisation, qui pense qu'«il est moralement inacceptable que les rémunérations, droits et avantages exorbitants accordés à certains compatriotes soient justifiés par le simple fait qu'ils ont exercé certaines fonctions d'Etat », motive sa recommandation par le constat selon lequel le gouvernement ne sait plus répondre positivement à ses engagements faute des moyens financiers. « Notre pays fait face à l'amenuisement de ressources du Trésor public. Il peine à consolider notamment la gratuité de l'enseignement de base, les grands chantiers sociaux en rapport avec l'eau, l'électricité et l'habitat. Il est inadmissible que le Parlement, représentation du peuple par excellence, de surcroit autorité budgétaire, donne l'impression de se rendre complice de l'enrichissement illicite, scandaleux et injustifié de quelques citoyens au détriment du plus grand nombre », a fait savoir l'Acaj.

Pour cette ONG, « faute de moyens financiers suffisants, le gouvernement de la République tarde à répondre positivement à ses engagements basiques en rapport avec l'amélioration des conditions salariales des enseignants, des magistrats, des médecins, ainsi que toutes les autres catégories socio-professionnelles envers lesquelles les promesses ne sont guère tenues ». Dans ses propositions, l'Acaj dit attendre des parlementaires d'agir dans le sens de ses recommandations à l'occasion de l'analyse du projet de loi des finances 2021. « De ce qui précède, l'Acaj vous recommande de tout mettre en œuvre pour réduire tous les droits et avantages financiers indûment accordés au président de la République honoraire ainsi qu'aux anciens chefs de corps constitués, dans les proportions raisonnables, à l'occasion de l'analyse du projet de loi des finances 2021 », a appuyé l'ONG dans sa correspondance.

Joseph Kabila appelé à renoncer à certains avantages financiers

Il est rappelé que l'Acaj avait précédemment écrit à l'ancien chef de l'Etat et sénateur à vie, Joseph Kabila, de qui elle a sollicité de renoncer à certains de ses avantages. L'ONG avait demandé à l'autorité morale du Front commun pour le Congo (FCC) « de prouver sa solidarité envers la misère du peuple congolais en renonçant au trois quart des émoluments, droits et avantages financiers exorbitants, qui scandalisent de par leur nature et hauteur ».

Dans ces actions, note-t-on, l'Acaj a notamment fait référence aux documents largement relayés dans la presse qui allèguent que Joseph Kabila bénéficierait du Trésor public des émoluments, droits et avantages financiers mensuels de l'ordre de 680 mille dollars américains, sans considérer l'entretien des éléments militaires de sa garde et les indemnités lui payées en sa qualité de sénateur à vie. L'ONG est également revenue sur le caractère « inique et discriminatoire » de la loi n° 18/021, du 26 juillet 2018, portant statut des anciens présidents de la République élus et fixant les avantages accordés aux anciens chefs de corps constitués.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.