Togo: Un Bureau exécutif de 13 membres, dirigé par Alfred Aguim, porté à la tête du SEFT

25 Novembre 2020

Ils ont décidé de se mettre ensemble et de se formaliser en syndicat, il y a de cela trois ans. Eux, ce sont les entrepreneurs de forage au Togo. Le syndicat s'est doté d'un bureau exécutif installé ce jour au cours d'une cérémonie au siège du syndicat à Agoè Kossigan (Commune Agoènyivé 1).

Dirigé à la suite de l'Assemblée générale tenue cette semaine, par Alfred Aguim, le SEFT (Syndicat des Entrepreneurs de Forage du Togo) est le creuset des acteurs de ce secteur d'activité.

Au cours de la cérémonie il a été question pour le président de ce syndicat de fixer le cap des missions qui seront celles de son équipe composée de 13 membres.

« La mission sera déclinée en plusieurs axes. D'abord en interne, nous allons fédérer avec tous les entrepreneurs, essayer de voir quelques sont les problèmes que nous avons, les difficultés, et les défis à relever.

Et ensemble, nous allons trouver des solutions pour pouvoir relever ces défis. Le second axe c'est de nous rapprocher des pouvoirs publics, notamment les institutions de l'Etat qui sont dans le secteur de l'eau, pour pouvoir coopérer avec eux.

Dans les allocutions, il a été question du Code de l'eau. Nous verrons comment travailler en suivant ce code, comment travailler et contribuer avec les pouvoirs publics au développement du secteur de l'eau dans le pays », a déclaré M. Aguim.

En bon connaisseur du milieu dans lequel il opère le responsable de l'EMT (Entreprise Moderne de Technologie), avec sa nouvelle casquette de président du SEFT a décliné les défis du secteur en ces termes « les défis sont là, ils ont toujours été là, entre autres il y a les difficultés entre entrepreneurs et clients, par rapport aux travaux réalisés, soit c'est la qualité des travaux, soit c'est des difficultés liées à certaines zones hydrogéologiques.

Parfois, la méconnaissance de ces zones font que quelques fois il y a des litiges qui sont conduits au commissariat, soit au tribunal ». Pour celui qui a fait de la solidarité et de l'esprit d'équipe son cheval de bataille, il compte travailler pour éviter ces désagréments à ses collègues.

« Pour éviter cela, il faudra s'asseoir, relever ces problèmes, voir les approches de solution, sensibiliser les acteurs du secteur des forages d'un côté et également leur faire connaitre également leurs droits et leurs devoirs », a-t-il informé.

Et aussi, de rassurer aussi bien ses collègues que les clients qui leurs font confiance : « nous allons travailler pour que chacun trouve son compte aussi bien l'entrepreneur de forage que le client.

Que l'entrepreneur en forant trouve de quoi se nourrir, de quoi développer son entreprise, et de l'autre côté que le client aussi ait satisfaction par rapport à la qualité de l'eau qu'on lui offre ».

Représentant le préfet d'Agoènyivé, dont une des communes de sa préfecture abrite le siège du SEFT, Joseph Kazando, a vu en l'initiative des entrepreneurs de forages, une « initiative très louable » et se situant dans la droite ligne de l'axe 3 du PND (Plan National de Développement).

Il a transmis les félicitations du préfet aux 53 membres du SEFT et au bureau installé et souhaité que leurs actions mobilisent d'autres acteurs. Le mandat confié au bureau exécutif étant lourd, M. Kazando a appelé à la patience et à la tolérance dans les actions à mener.

De l'historique qui a fait l'objet d'exposition au cours de la cérémonie. On en retient que ce regroupement après s'être passé par une Association des foreurs du Togo, fera une mutation pour parvenir finalement à la création d'un syndicat pour défendre les intérêts des entrepreneurs de forage au Togo. Et entretenir les membres sur leurs droits mais aussi leurs devoirs.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.