Algérie: Relations algéro-chiliennes - Histoire d'une solidarité mutuelle à l'épreuve du temps

Santiago — L'Algérie a joué un rôle central dans l'évolution de la politique étrangère du Chili et son rapprochement avec l'Afrique, a indiqué l'analyste politique chilien, Esteban Silva Cuadra.

Dans une étude consacrée aux relations entre l'Algérie et le Chili, Esteban Silva Cuadra, président exécutif du mouvement socialiste "Allendiste" chilien, a rappelé que les relations algéro-chiliennes se sont développées "dès le début de la révolution nationale à partir d'un lien entre les mouvements sociaux et la société civile chiliens et le Front de libération nationale (FLN)".

Dans le gouvernement de Jorge Alessandri (1958-1964), ces relations ont été créées notamment parce que son ministre des Affaires étrangères, Carlos Martinez, considérait que "la décolonisation est l'un des processus les plus structurant de cette époque" et il souhaitait développer une politique internationale qui "rapproche le Chili d'autres régions du monde".

Il a été décidé alors, rappelle-t-il, d'ouvrir l'ambassade du Chili en Algérie, pays dont le "processus de décolonisation et la guerre d'indépendance sont emblématiques et le sont encore aujourd'hui".

L'ambassade du Chili a ouvert donc ses portes à Alger, couvrant à partir de la capitale algérienne, la Tunisie et le Maroc, précise-t-il.

"Pour le gouvernement Alessandri, mais surtout pour celui d'Eduardo Frei Montalva (1964-1970), "l'établissement de relations et l'ouverture d'ambassades dans les nouveaux pays issus du processus de décolonisation ont permis au Chili de se rapprocher d'un phénomène qui, de toute évidence, changera totalement le scène internationale, esquissant ainsi les contours d'une politique internationale différente", souligne le professeur Eugénia Palieraki, historienne qui a fait des recherches sur les relations entre les peuples et les Etats chiliens et algériens en particulier, citée dans l'étude.

L'ouverture de nouvelles ambassades permettront ainsi de connaître la "réalité sociale, économique, culturelle et politique des Etats avec lesquels les relations ont été établies, mais aussi de nouer des liens avec d'autres Etats émergents qui ont permis plus tard de forger de nouvelles relations interétatiques et diplomatiques", précise-t-elle.

En d'autres termes, souligne-t-elle, la présence des ambassadeurs chiliens en Algérie était aussi le "point de départ d'un voyage dans d'autres pays africains qui leur a permis de prendre connaissance d'autres réalités sur le continent africain, sur les autres décolonisations en cours et sur leurs dirigeants politiques".

En outre, pour un gouvernement conservateur comme celui d'Alessandri, et dans un contexte de guerre froide, relève-t-on encore, l'ouverture de l'ambassade du Chili à Alger a également permis de suivre de "près la présence et l'influence en Afrique subsaharienne de pays concurrents".

Lorsque Salvador Allende est devenu président du Chili en 1970, il a cherché à "ancrer en tant que politique d'Etat les liens précédemment tissés avec l'Algérie autour des grands enjeux desseins communs." Salvador Allende a été, d'ailleurs, le premier (et jusqu'à présent le seul) président du Chili à se rendre en Algérie.

La première chose qu'il a faite a été de nommer un ambassadeur de "confiance", Eduardo Salum, comme ambassadeur du Chili en Algérie.

Dans sa politique internationale, et particulièrement dans sa dimension bilatérale, Allende partageait avec le président Houari Boumediene la même vision stratégique sur la nationalisation des ressources naturelles pour assurer le développement et la souveraineté économique, laquelle s'est traduite dans les faits par la nationalisation des mines de cuivre au Chili et des hydrocarbures en Algérie".

C'est dire que l'Algérie a joué un "rôle central" dans l'évolution de la politique étrangère du Chili d'Allende et son "rapprochement" avec l'Afrique ce qui lui a permis de "nouer des relations avec les mouvements anticolonialistes et de libération africains et leurs principaux dirigeants", a-t-on ajouté.

Récemment, l'Ambassadeur d'Algérie au Chili, Mohamed Sofiane Berrah, a déclaré que de "nouvelles formes de coopération peuvent émerger entre les deux pays après le gel de la décision du gouvernement chilien de fermer son ambassade à Alger".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.