Madagascar: Lutte contre les VGB - Coup d'envoi des seize jours d'activisme

La lutte contre les VBG a été au centre des discussions lors de la journée internationale de l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

L'ouverture de la première journée des seize jours d'activisme , journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, a été effectuée hier devant le Parvis de l'hôtel de ville. Sous le thème « Brisons le silence, stop à la violence », la première journée a été marquée par la présence des entités et parties prenantes ainsi que la présence de plusieurs stands de prise en charge au niveau du parvis Analakely. La prévalence des violences basées sur le genre reste élevée dans le pays. C'est ce qui est indiqué dans le communiqué de l'UNFPA. La pauvreté oblige les familles à marier leurs filles dès leurs plus jeunes âges.

Dans le pays, les statistiques montrent que 30% des femmes sont victimes de violences basées sur le genre, les violences sexuelles représentent 13% des cas déclarés, dont 3% à Atsimo Andrefana, 5,8% à Androy et 18,5% à Analamanga. Durant son discours, Issa Sanogo, le coordonnateur résident, a dénoncé les actes de violence envers les femmes, les jeunes femmes et les filles. « Le temps est venu de briser le silence car Madagascar fait partie des pays où la problématique de la violence basée sur le genre est flagrante », affirme-t-il. En effet, les statistiques démontrent que 38% des femmes âgées de 15 à 49 ans subissent des violences physiques et sexuelles, tandis que 41% en union ou en rupture d'union de 15 à 49 ans subissent des violences émotionnelles ou physiques de leur partenaire ou ex-partenaire.

Renforcement de capacité

Par ailleurs, par rapport à ce qui a marqué le renforcement de la poursuite et la répression des violences basées sur le genre, une opération de renforcement de capacités des magistrats qui traitent les affaires des VBG a été organisée à partir d'hier au niveau de l'ENMG Tsaralalàna. Ceci s'affiche dans le cadre de l'institution de la chaîne pénale anti-violences basées sur le genre ou CPA VBG.

Selon les explications, l'objectif principal est de renforcer les capacités des magistrats membres de la CPA-VBG sur la législation en vigueur, notamment la nouvelle loi sur la lutte contre les violences basées sur le genre.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.