Congo-Kinshasa: Rideaux sur les Consultations - L'UDPS demande à Fatshi de tourner la page CACH-FCC

26 Novembre 2020

A nnoncées au cours de son discours du 23 octobre 2020 et lancée le lundi 2 novembre, les consultations présidentielles des forces vives de la Nation en vue de la création de l'Union Sacrée pour la Nation ont pris fin hier mercredi 25 novembre.

En 23 jours calendrier, soit 16 jours d'entretiens avec les différentes couches de la population congolaise et diverses catégories socioprofessionnelles, le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi a eu à entendre ce que pensent ses compatriotes de la marche du pays, et recueillir les avis des uns et autres en guise des propositions et suggestions. Il est maintenant au stade d'analyser les différents avis recueillis avant de retourner d'ici peu vers le souverain primaire lui faire part des enseignements qu'il en aura tiré.

Pour rappel, en trois semaines et demie, le Chef de l'Etat a échangé aussi bien avec les les dirigeants des institutions d'appui à la démocratie, les chefs des principales confessions religieuses, les syndicalistes et représentants des organisations socioprofessionnelles, le monde scientifique, les acteurs culturels, les représentants des mouvements sportifs... qu'avec les acteurs politiques de divers horizons et institutions.

Le FCC joue aux abonnés absents

Alors que son annonce était à la base de la prolongation de 24 heures décidée pour la clôture des consultations selon des sources dignes de foi, la famille politique de l'ancien Président, qui s'identifie sous la dénomination du FCC (Front Commun pour le Congo) a fait volte-face en dernière minute. C'était à l'issue de la réunion que sa coordination venait de convoquer en urgence pour statuer sur la question.

En dehors des sociétaires de Joseph Kabila qui ont préféré jouer aux abonnés absents, d'autres groupes ont répondu à l'appel du Président de la République.

Félix Antoine Tshisekedi a reçu en cette dernière journée entre autres l'élite de Bikoro, le «grand Bandundu» conduit par Tryphon Kinkiey Mulumba, etc.

Kabund : «il n'y aura ni cohabitation ni coalition non plus « Reçus en dernier, les membres du parti présidentiel, UDPS, ont aussi transmis leurs propositions au Chef de l'Etat anfin de lui permettre de faire face à la situation.

S'exprimant devant les journalistes, le président a.i de l'UDPS, Jean Marc Kabund, a commencé par démontrer la mauvaise foi dont le Fcc, leur allié par la force des choses, a fait montre durant tout ce temps que Félix Tshisekedi est à la tête du pays. Tout ce que faisaient les sociétaires du Fcc étaient pour empêcher le Président de la République de réaliser son programme. Il a énuméré pour la circonstance quelques cas de figure.

A la question liée à l'absence au refus du Fcc de répondre à l'appel pour les consultations, celui que les Kinois appellent «maître nageur a «conseillé aux membres du FCC d'avoir des nerfs solides parce qu'ayant connaissance lui-même de la politique de la chaise vide.

S'agissant de l'après consultations, il a déclaré sans la moindre hésitation qu'il n'y aura ni cohabitation, ni maintien de la coalition non plus. Il faudra tout revoir, a-t-il déclaré.

Très explicite, Jean-Marc Kabund a indiqué que l'UDPS a demandé au Président de la République de tourner définitivement la page CACH-FCC. Car, cette triste coalition a brillé part le blocage continu de ses actions. Le Président intérimaire de l'UDPS a martelé que le « kabilisme » était un régime de prédation qui s'est inscrit dans la droite ligne de ses prédécesseurs, qui ont brillé par le pillage éhonté des ressources nationales depuis l'aube de l'indépendance.

Interrogé au sujet des modalités de mise en œuvre de la rupture CACH-FCC, il a invité tout le monde à la patience mais réaffirmé que pour l'UDPS, la page CACH-FCC appartient désormais au passé.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.