Congo-Brazzaville: Consultations - Les délégués de l'UDPS ont échangé avec Félix Tshisekedi

C'est par l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) que le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a clôturé le 25 novembre au Palais de la nation la longue série des consultations des forces politiques et sociales entamées depuis le 2 novembre.

La délégation du parti présidentiel que conduisait son président a.i, Jean Marc Kabund, a affiché complet. Les animateurs des différentes structures du parti étaient bien visibles. « L'UDPS est porteuse d'un double message. Le premier consiste à lui dire que le peuple dont nous sommes un échantillon significatif croit en lui. Le peuple voit en lui une lueur d'espoir.

Le peuple a constaté que le président Félix Tshisekedi a la volonté politique, chose qui a manqué aux dirigeants politiques de ce pays depuis son accession à l'indépendance », a déclaré Jean Marc Kabund à la presse au sortir de l'entretien avec le chef de l'Etat. Et de citer la gratuité de l'enseignement et la volonté d'instaurer un Etat de droit telle que matérialisé par une justice indépendante comme des faits majeurs qui confirment la volonté politique du chef de l'Etat à bien faire les choses.

Autre message communiqué au président de la République, à en croire l'ex-vice-président de la chambre basse du Parlement, était de lui signifier que « le peuple d'abord » qui traduit la vision politique du parti se doit impérativement de devenir une réalité. « Cela doit passer par une reconfiguration de la classe politique parce que le véritable problème dans notre pays, ce n'est pas le Congo, mais l'homme politique congolais », a martelé Jean Marc Kabund.

Il estime que Félix-Antoine Tshisekedi et sa machine politique qu'est l'UDPS « sont en train de réussir un coup auquel personne ne pouvait s'attendre, celui de déboulonner un système installé dans ce pays depuis 1960 ». Ce système, a-t-il indiqué, est basé sur la prédation au point de rendre le Congolais étranger sur son propre sol.

Concernant l'avenir de la coalition FCC-Cach à la lumière des consultations initiées par le chef de l'Etat, Jean Marc Kabund n'est pas allé par quatre chemins : « Nous lui avons dit de manière claire, à haute et intelligible voix que l'UDPS voudrait qu'il tourne la page de la coalition FCC-Cach ». Sans ambages ni circonlocution, il a fait savoir « qu'il n'y aura ni cohabitation, ni coalition dans ce pays ». Dans la foulée, il a salué la volonté des Congolais de tous bords « de s'unir autour du président de la République dans le cadre de l'union sacrée pour la nation afin de faire décoller la RDC ».

Enfin, tout en déplorant l'absence des délégués du FCC à ces consultations, ce haut cadre de l'UDPS s'est réjoui du succès de l'initiative présidentielle à laquelle l'opposition a finalement adhéré, ce qui n'était pas une partie gagnée d'avance. Bien avant l'UDPS, le chef de l'Etat a conféré avec les délégations du Grand Bandundu conduite par Kin-Key Mulima ainsi que celle de la Dynamique des Congolais unis, parti politique cher à Vidiye Tshimanga. Toutes ont affirmé porter leur soutien à l'Union sacrée de la nation.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.