Congo-Brazzaville: Musique - Hommage à Franklin Boukaka

L'Institut français du Congo (IFC) organise en partenariat avec le ministère de la Culture et des Arts, 2 Rives productions de Claude Blanchard Ngokoudi et Frémeaux et associés, un hommage à l'artiste musicien qui sera diffusé le 27 novembre sur toutes les chaines de télévisions et radios nationales.

Au programme, de la rumba engagée, de la poésie musicale et panafricaniste. Après le mot de Sony Benga, maître de cérémonie, les artistes Zoba Casimir Zao et Liz Babindamana feront leur apparition sur scène, accompagnés de l'orchestre symphonique kimbaguiste. S'ensuivra le chœur Jubilate Deo.

Sont programmés également, Egige Lenguis, Alban Kodia, Atisse, sous la direction artistique de Faustin Nsakanda et de Big Kloz à la réalisation.

Pour Claude Blanchard Ngokouli, porteur du projet, cet immense artiste aurait eu 80 ans cette année. « On ne pouvait pas laisser passer cette occasion sans pourtant lui rendre un hommage, puisque ses œuvres sont restées intemporelles. C'est pourquoi nous avons souhaité lui rendre un hommage par rapport à l'ensemble de sa carrière et de l'œuvre qu'il nous a léguée.

Quand on écoute Franklin Boukaka aujourd'hui c'est l'actualité. Nous avons voulu aussi faire un petit rappel à l'histoire afin que les nouvelles générations sachent que le Congo a connu un grand artiste qu'on appelait Franklin Boukaka. Parce qu'aujourd'hui, il y a des jeunes qui fredonnent la chanson "Aye Africa" mais ne savent pas que cette chanson engagée est de lui », a-t-il déclaré.

Artisté engagé, Franklin Boukaka a chanté tout, l'amour, l'engagement... « L'engagement tient de son amour du prochain. Parce que c'est quelqu'un qui voyait le bien-être pour tous. C'est donc un événement riche à ne pas raté », a estimé Claude Blanchard Ngokouli.

Il est prévu pendant cet hommage des témoignages de plusieurs personnalités dont son fils Malcom Boukaka ; des chroniqueurs et producteurs d'émissions, Robert Brazza et Claudy Siar. « Franklin Boukaka, c'est un immortel », pense Robert Brazza, alors que pour Claudy Siar, « Franklin Boukaka, c'est l'homme des Bucherons, c'est l'homme de Ayé Africa. Cette chanson qui est un hymne du panafricanisme pourrait peut-être devenir l'hymne de l'Union africaine. »

Franklin Boukaka en peu de mots

Né le 10 octobre 1940 à Brazzaville et mort assassiné le 22 février 1972 dans la même ville, Franklin Boukaka est un chanteur, guitariste et auteur-compositeur congolais, spécialiste de la rumba et du soukous. D'après Maxime N'Debeka et Clément Ossinondé, François Boukaka alias Franklin Boukaka, est un ancien musicien de l'ensemble musical La gaieté. Franklin Boukaka n'use pas trop longtemps le fond de ses culottes sur les bancs de l'école. Il cède très vite à la forte sollicitation de l'art. Ainsi, en 1955, il débute sa carrière d'artiste dans le groupe musical Sexy Jazz fondé par Miguel Samba, Siscala Mouanga et Aubert Nganga.

Deux ans plus tard, en 1957, il se retrouve dans le groupe Sympathic Jazz avec lequel il fait une tournée au Cabinda et à Léopoldville. Dans cette grande métropole, Franklin rencontre Michel Boyimbanda et Jean Mokuna avec qui il monte l'orchestre Negro Band. Cette nouvelle aventure ne le satisfait. Elle va être brève comme les premières. Le jeune artiste semble vaguer. Mais il est à la recherche de quelque chose. Franklin Boukaka sent en tout cas qu'il lui faut continuer la quête du Graal. Rien ne l'arrête. Il se lance dans d'autres aventures, s'ouvre à de nouvelles expériences.

Tout d'abord dans l'orchestre Jazz Africain avec le clarinettiste Edo Clary Lutula, avec Jeannot Bobenga, Tabu Ley, Mutshipule alias Casino, André Kambite alias Damoiseau, papa Bouanga, Charles Kibongue et autres musiciens, qui réalisent merveilleusement les toutes premières et belles œuvres de Tabu Ley. Puis dans l'orchestre Vox Africa qu'il fonde avec Jeannot Bobenga et d'autres musiciens après dislocation du Jazz Africain en 1959 tandis que Tabu Ley va s'engager ailleurs...

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.