Sénégal: Présentation d'un ouvrage sur la pratique des MGF, à 15h30

Dakar — Le nouvel ouvrage "La pratique des mutilations génitales féminines : valeur culturelle ou répression sexuelle ?", de la chercheure Dre Aoua Bocar Ly-Tall, sera présenté, ce jeudi, à partir de 15 h 30, au siège de l'Harmattan, annonce un communiqué transmis à l'APS.

"Chaque année, au moins deux millions de fillettes dans le monde sont victimes des mutilations génitales féminines, lit-on sur la 4e de couverture de l'ouvrage. L'OMS chiffre aujourd'hui à 140 millions le nombre des femmes souffrant dans séquelles de ces opérations".

L'auteure pose de nombreuses questions considérées comme "autant de pistes historiques, socio-anthropologiques, juridiques et militantes qu'explore l'ouvrage pour la compréhension de la pratique des MGF-excision et leur éradication définitive".

Chercheure associée à l'institut d'Etudes féministes et du genre de l'université d'Ottawa au Canada, Dre Aoua Bocar Ly-Tall, est sociologue et experte en matière de MGF-excision.

Militante des droits humains, "elle œuvre inlassablement depuis des décennies pour l'intégrité physique des fillettes et des femmes qu'elles deviennent", lit-on toujours sur la 4e de couverture de l'ouvrage "La pratique des mutilations génitales féminines : valeur culturelle ou répression sexuelle ?".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.