Congo-Kinshasa: Comment veut-on que l'initiateur des consultations ait pris le courage de les lancer sans en avoir conscience de ce qui peut en découler ?

analyse

FATSHI a levé son option. Le FCC a peur de perdre ses avantages illégalement perçus. On ne peut pas empêcher au FCC de multiplier des stratégies pour garder sa position hégémonique. Mais, tous ceux-là qui ont échangé avec le Président de la République peuvent témoigner en faveur de la détermination d'en finir avec un système qui l'empêche de travailler.

En tout cas, c'est l'irréversibilité de la stratégie de changement qui l'emporte.

Nombreux partisans de cette option proposent au Chef de l'Etat mille et une options mais l'étape de légitimation décisionnelle lui appartient.

Les projets des solutions n'opposent pas seulement Kabila à FATSHI, mais les partisans de la future certaine Union Sacrée de la Nation entre -eux aussi. Les uns souhaitant des propositions réformistes, d'autres celles qui sont révolutionnaires ou radicales.

Le FCC a conscience de la force de FATSHI dont la demande populaire des consultations étonne plus d'un observateur. On comprend pourquoi sa clôture va de report en report.

Fort de cette réalité, FATSHI sait que la lutte qu'il conduit n'est pas la sienne mais celle des millions des congolais qui veulent rejeter Kabila comme ils l'ont fait avec Mobutu .Il est difficile de convaincre le FCC que ses jours sont comptés.

Et que tous les congolais seraient dans la rue si par malheur la coalition diabolique n'était pas officiellement dissoute.

FATSHI sait et nous l'a dit ouvertement que le peuple congolais a droit au bonheur .Il connaît d'ores et déjà la future configuration de la nouvelle majorité.

Que le FCC apprenne à faire l'opposition, c'est un moyen de le convertir aux valeurs démocratiques et républicaines ; c'est un moyen aussi de le socialiser politiquement pour le sortir du péché originel qu'est la médiocrité qui le caractérise.

On ne peut pas empêcher aux habitués de la vie facile de rêver. Le fait que le Chef de l'Etat ait sacrifié l'agenda public au profit des consultations ne sera jamais anecdotique. Qui vivra verra !

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.