Congo-Kinshasa: PVH - La création, l'organisation et le fonctionnement du Conseil National des interprètes en langues des signes Congolais au centre d'une table ronde

Il s'est tenu du mardi 24 au Mercredi 25 novembre 2020, une table ronde sur la création, l'organisation et le fonctionnement du Conseil National des interprètes en langues des signes congolais. Ces assises ont eu lieu dans l'enceinte du Musée national de la République démocratique du Congo, pour favoriser l'implication sociale des personnes sourdes dans la société.

Lancés depuis mardi 24 novembre 2020, au musée national par la Ministre déléguée en charge des personnes vivant avec handicap, Irène Esambo, les travaux de la table ronde sur la création, l'organisation et le fonctionnement du Conseil National des interprètes ont été clôturés hier. Promouvoir le service d'interprétariat en langue des signes congolais pour faciliter l'inclusion sociale des personnes sourdes est l'objectif primordial que se sont assignés les organisateurs de cette grande activité qui s'est tenue à l'occasion de la semaine internationale de la langue de signes lancée en septembre dernier.

Lors de l'ouverture de ces assises, Irène Esambo a indiqué qu'il était important de travailler sur le service d'interprétation aujourd'hui, car il y a un problème d'inclusion des personnes sourdes en République démocratique du Congo. Ainsi, pour qu'elles soient intégrées, il faut qu'elles aient la possibilité de communiquer avec un mécanisme d'interprétation du langage par signes. Pour ce faire, pendant ces deux jours, les personnes sourdes et interprètes ont échangé en panel et atelier sur la création, l'organisation et le fonctionnement du Conseil National de la langues des signes congolaise en vue de produire un document d'orientation sur la mise en place du Conseil National des interprètes en langue des signes congolaise. «Nous travaillons pour le service d'interprétation en langues des signes, nous voulons avoir au Congo un Conseil National d'interprétariat en langue des signes dans tous les domaines pour faciliter la communication entre les personnes sourdes et les autres catégories de la population", a laissé entendre la Ministre déléguée Irène Esambo.

Toujours est-il que les participants à cette table ronde ont encouragé les interprètes pour le travail louable qu'ils réalisent. Ils ont été encouragés à organiser leur structure pour mieux avancer dans la poursuite des réalisations de leurs projets, "car les sourds sont importants et avec une bonne information dans la bonne interprétation, ils sont capables de beaucoup de choses", a tenu de préciser Irène Esambo.

Dans son mot de clôture, la Ministre Déléguée en charge des Personnes Vivant avec Handicap, a rendu un vibrant hommage au Président de la République, Félix Tshisekedi d'avoir compris la nécessité d'avoir un Ministère des personnes vivant avec handicap et autres personnes vulnérables. Mais aussi, au Premier Ministre, Sylvestre Ilunga pour ses conseils et ses orientations. En outre, elle a remercié les interprètes, car ces assises ont démontré une fois de plus que cela vaut la peine d'avoir un Conseil qui les représente. « Nous militons pour l'inclusion sociale longtemps oubliée. Mon Ministère s'engage à prendre toutes les recommandations que vous avez faites, pour les analyser profondément et orienter le processus», précise Irène Esambo.

D'emblée, il sied de noter que ces assises ont connu la participation des plusieurs professeurs des langues des signes, membres de la société civile, les membres du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l'Homme, une ONG partenaire internationale, Christian Blind Mission (CBM, Mission chrétienne pour les aveugles) ; des Interprètes et plusieurs personnes sourdes représentant chacune une association de sourds de Kinshasa. Dans les jours qui suivent, plusieurs activités seront organisées pour pérenniser les recommandations de la table ronde.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.