Soudan: L'ancien Premier ministre Sadeq al-Mahdi est décédé du Covid-19

Sadek al-Mahdi en interview avec Houda Ibrahim pour RFI le mardi 21 août 2018 à Paris.

Le dernier chef de gouvernement soudanais désigné démocratiquement, Sadeq al-Mahdi, est décédé ce jeudi du Covid-19. Le chef du parti Oumma avait été renversé par le coup d'État militaire de l'ancien dirigeant Omar el-Béchir en 1989.

Atteint du Covid-19, ainsi que plusieurs membres de sa famille et des dirigeants du parti Oumma, Sadeq al-Mahdi avait été transféré aux Émirats arabes unis le 3 novembre, où il était depuis hospitalisé. Il est décédé à l'âge de 85 ans ce jeudi et sera enterré vendredi à Oumdourman, sa ville natale.

Ce descendant d'une grande famille politique soudanaise avait fait des études d'économie à Oxford. Entré en politique, il fut par deux fois Premier ministre.

D'abord en 1966, puis à nouveau en 1986, après les élections organisées par le président Siwar al-Dhahab. Mais, trois ans après, il fut renversé par le coup d'État militaire de Omar el-Béchir.

Son parti Oumma, fondé par son grand-père lors du mandat britannique, était le plus grand de l'opposition. Farouche critique de la politique d'Omar el-Béchir, il a été emprisonné à quatre reprises puis contraint à l'exil pendant une longue période.

L'« icône de la démocratie » au Soudan

Revenu à Khartoum en 2017, il préside alors Nida'al Soudan, une coalition de partis politiques et de groupes armés engagés dans la révolution qui, avec l'appui de l'armée, fera tomber Omar el-Béchir

Sadeq al-Mahdi, sage imam et penseur, avait récemment mis en garde contre « une confiscation du pouvoir par les militaires » et avait appelé à dissoudre les milices d'intervention rapide et à les intégrer dans les forces de l'ordre.

Considéré par beaucoup comme l'« icône de la démocratie » au Soudan, il mena son dernier combat de son lit d'hôpital pour s'opposer à la normalisation des relations avec Israël.

Le Soudan déplore une grosse perte, surtout en ce moment décisif pour le pays. Le gouvernement soudanais a annoncé trois jours de deuil. « Nous avons perdu en lui un penseur et un sage », ont indiqué les Forces pour la liberté et le changement, dont il faisait partie.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.