Congo-Brazzaville: Genre - Le pays s'apprête à se doter d'une stratégie de lutte contre les violences

Dans le but d'avoir un cadre national d'orientation stratégique des actions coordonnées de lutte contre les violences basées sur le genre au Congo, un atelier de validation du document de la stratégie sur les questions du genre a été ouvert, le 26 novembre à Brazzaville.

L'objectif est de doter le pays d'un cadre commun d'actions pour renforcer la prévention et la réponse holistique aux violences basées sur le genre en conformité avec la politique nationale et les standards internationaux en la matière.

Les violences basées sur le genre sont un phénomène mondial qui touche toutes les couches sociales et qui n'a pas de limite géographique, culturelle et sociale. Elles sont exercées sur les filles et les femmes et constituent une atteinte grave aux droits fondamentaux de la personne humaine.

Ces brutalités font partie des affronts quotidiens que le genre subit dans son cercle familial, la rue, au travail, à l'école et dans d'autres lieux, a expliqué le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie numérique, Léon Juste Ibombo, à l'ouverture de cet atelier.

Selon lui, le document soumis à l'examen s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan du travail annuel entre le gouvernement et le Fonds des Nations unies pour la population.

La journée internationale contre les violences basées sur le genre, poursuit-il, est célébrée sur des thèmes précis par des différents Etats afin de jeter un nouveau regard sur les avancées réalisées et sur les défis.

Le lancement d'activisme des seize jours contre les violences faites aux filles et femmes interviendra jusqu'à la date de la célébration de la journée internationale des droits de l'homme en décembre prochain.

Le représentant du coordonnateur du système des Nations unies, Andres Lopez, a donné des statististiques sur les violences basées sur le genre au Congo. Près de 18% des femmes et filles sont victimes de violences physiques ou sexuelles de la part d'un partenaire intime sur une période de douze mois.

« Cette violence a été banalisée au sein de la société puisque d'après l'enquête MICS Congo 2015, plus de la moitié des femmes enquêtées de 15 à 49 ans estimait qu'un mari ou partenaire a le droit de frapper ou de battre sa femme dans certaines situations », a-t-il déclaré.

Rappelons que le Congo a ratifié au niveau international la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes, le protocole à la Charte africaine des droits de l'homme et des peuples relatif aux droits de la femme.

Il a adopté une politique nationale genre couvrant la période 2016-2020 au plan national. La Constitution congolaise consacre la parité dans les fonctions administratives, politiques et électives.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.