Maroc: Le Conseil des ministres arabes de la justice appelle à s'inspirer de l'expérience de l'Institut Mohammed VI pour la formation des imams, mourchidines et mourchidates dans le domaine de la lutte contre l'extrémisme

Le Caire — Le Conseil des ministres arabes de la justice a appelé, jeudi à l'issue de sa 36e session, à s'inspirer de l'expérience d'un certain nombre d'agences des Nations Unies et de centres internationaux spécialisés, en particulier l'Institut Mohammed VI pour la formation des imams, mourchidines et mourchidates, dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.

Le conseil, qui a tenu sa réunion par visioconférence, a appelé à bénéficier de l'expérience des agences des Nations Unies concernées par la lutte contre le terrorisme, en particulier l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime, le Centre des Nations Unies pour la lutte contre le terrorisme, le Centre international d'excellence pour la lutte contre l'extrémisme à Abou Dhabi et le Centre Muhammad Bin Nayef pour la réconciliation et la prise en charge en Arabie saoudite, le Centre international Roi Abdallah bin Abdulaziz pour le dialogue entre les adeptes de religions et de cultures à Vienne et l'Institut Mohammed VI pour la formation des imams, mourchidines et mourchidates du Royaume du Maroc, dans la lutte contre l'extrémisme et le terrorisme.

Le Conseil a également souligné l'importance d'intensifier la coopération arabe bilatérale et commune entre les autorités judiciaires dans le domaine des enquêtes, de suivis et des procédures judiciaires liés au blanchiment de capitaux et au financement du terrorisme, appelant à la mise en place de mesures et de mécanismes nationaux pour assurer le suivi, la saisie et la confiscation efficaces de l'argent blanchi ou destiné à financer le terrorisme avec la rapidité requise.

La réunion a exhorté les pays arabes qui n'ont pas ratifié la Convention arabe pour la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme à achever les procédures de ratification et de déposer les documents y afférent auprès du Secrétariat général de la Ligue des États arabes, et chargé le Secrétariat technique du Conseil de continuer à encourager les pays arabes qui n'ont pas ratifié la Convention à le faire.

Le Conseil a aussi souligné la nécessité de s'abstenir de fournir toute forme de soutien explicite ou implicite aux entités ou personnes impliquées dans des actes terroristes, et de rejeter toutes les formes d'extorsion par des groupes terroristes.

S'agissant du renforcement de la coopération arabe et internationale dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le Conseil des ministres arabes de la justice a condamné toutes les attaques terroristes contre les pays arabes et toutes les formes et manifestations de terrorisme, quelle qu'en soit la source, mettant l'accent sur l'importance d'œuvrer pour renforcer les mesures de prévention du terrorisme et définir des programmes visant à promouvoir une culture de tolérance et de pluralisme et à lutter contre l'extrémisme.

Il a également appelé les pays arabes à coopérer pour empêcher les terroristes d'exploiter les technologies de l'information, les communications et l'Internet pour inciter à soutenir leurs actes terroristes et financer leurs activités.

Le Conseil des ministres arabes de la justice a souligné l'importance de renforcer la coopération avec les organisations et institutions internationales spécialisées afin d'obtenir l'assistance nécessaire et acquérir les compétences requises permettant de faire face à la menace des terroristes utilisant des armes de destruction massive ou de leurs composants.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.