Ile Maurice: Examens SC-HSC - «det lor det» pour les parents

26 Novembre 2020

Le 24 novembre était la date butoir du paiement pour le resit aux examens du School Certificate (SC) et du Higher School Certificate (HSC). Alors que les parents, prévenus à quelques jours seulement de l'expiration du délai, espéraient une extension de la part du Mauritius Examinations Syndicate (MES), ils ont vite déchanté.

Plusieurs ont dû s'endetter pour payer ces frais, qui vont de Rs 10 000 à Rs 16 000. «On n'a eu aucune communication de l'école pour une extension du délai. Comme celui-ci expirait mardi, j'ai dû emprunter de l'argent de ma sœur», explique Claudine, une mère de famille dont le fils en sera à sa deuxième tentative au SC en mars 2021. Comme d'autres parents, elle a été prise au dépourvu pour le paiement des frais d'examens pour le resit. L'extension réclamée au MES, auquel elle devait transférer la somme de Rs 10 114 par virement bancaire avant le 24 novembre, n'est jamais venue. «Je ne pouvais courir le risque que mon fils soit exclu de ces examens. Cependant, c'est injuste de mettre une telle pression sur les enfants et parents surtout dans le contexte du Covid-19 avec des pertes d'emploi», confie-t-elle.

Sareeta, une autre mère de famille, a, quant à elle, payé plus de Rs 16 000 pour le resit de sa fille au HSC. «On s'est tourné vers plusieurs membres de la famille pour réunir l'argent nécessaire. Je ne sais même pas comment on fera pour le remboursement», déplore-t-elle. Idem pour une autre mère âgée d'une quarantaine d'années dont la fille sera de nouveau candidate au SC l'an prochain.

«En l'absence de communication du collège et du MES, j'ai dû demander à mon patron de m'avancer la somme nécessaire. À la fin du mois, je ne toucherai que la moitié de mon salaire. Ce sera vraiment difficile pour nous», explique-t-elle. Le montant était d'environ Rs 14 000. Une situation qui soulève du mécontentement chez les parents et leurs enfants. «J'ai eu à rassurer ma fille qui ne savait plus quoi faire en cas d'incapacité à payer. Elle a commencé à se demander quoi faire : arrêter ses études, travailler, etc.»

D'autres chefs de famille, à l'exemple de Rody, n'ont pas effectué le virement. Car, dans son cas, un paiement pour la première tentative au HSC était exigé par l'établissement scolaire puisque sa fille atteindrait l'âge de 21 ans en 2021. Or, l'exemption des frais d'examens est appliquée jusqu'à 20 ans. «Les responsables de l'école m'ont affirmé n'avoir aucun document officiel des autorités concernées qui indique que je n'aurai pas à payer à ce stade. Cependant, ils refusent de me donner une confirmation écrite», souligne ce père de famille. Ce dernier ainsi que l'ensemble de nos interlocuteurs se sont tournés vers le ministère de l'Éducation et le MES pour des éclaircissements, mais ils avouent être encore plus confus.

Qu'advient-il à ceux qui n'ont pu payer les frais mardi ? Leurs enfants pourront-ils prendre part aux examens de Cambridge en 2021 ? À cette question, le ministère de l'Éducation nous indique que c'est au MES de répondre. En dépit de nos multiples sollicitations, aucun responsable n'est revenu vers nous. Un communiqué devait pourtant être émis à ce sujet, selon la secrétaire de direction du MES et le ministère de tutelle.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.