Cameroun: Budget 2021 - Une proposition de 4865 milliards

Le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute a présenté hier, le Programme économique, financier, social et culturel.

Environ soixante-dix minutes ! C'est le temps qu'il a fallu hier après-midi au Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute pour présenter à la représentation nationale, sous la conduite du Très honorable Cavaye Yeguié Djibril, le Programme économique, financier, social et culturel du gouvernement pour le compte de l'année 2021. Un programme qui découle de la politique de la Nation impulsée par le président de la République, Paul Biya. Mais un programme qui, comme l'a rappelé le chef du gouvernement aux députés, est élaboré dans un contexte où le Cameroun est confronté à de multiples défis. Le premier de ceux-ci étant sécuritaire, avec notamment la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, la résurgence des menaces de la secte terroriste Boko Haram dans la région de l'Extrême-Nord, et l'insécurité transfrontalière dans les régions de l'Est et de l'Adamaoua, même si celle-ci est de plus en contenue.

Le second défi auquel font face les pouvoirs publics est d'ordre sanitaire avec la pandémie du coronavirus qui a affaibli des finances publiques déjà éprouvées par une conjoncture économique difficile à laquelle sont confrontés les pays de la sous-région d'Afrique centrale. Découlant directement du précédent, les pouvoirs publics doivent faire face à la difficulté de la relance économique. En présentant le Programme économique du pays pour l'année 2021, Joseph Dion Ngute a fait savoir que sa bonne exécution sera tributaire de l'évolution de la pandémie du coronavirus.

La situation difficile que vivent les pays du monde, dont le Cameroun, depuis le début de l'année en cours ne devrait pourtant pas pousser au découragement, selon le Premier ministre, chef du gouvernement. Et pour preuve, les perspectives de croissance pour l'année 2021 laissent entrevoir une amélioration de la situation des économies dans le monde. S'agissant spécifiquement du Cameroun, les prévisions de croissance en 2021 devraient se situer à 3,3% contre moins (-) 2,6% au cours de l'exercice en cours. Dans ce contexte, le projet de loi de finances, déposé à l'Assemblée nationale hier s'équilibre en ressources et en emplois à la somme de 4 865,2 milliards de F. Il connaît une hausse de 232,5 milliards de F par rapport à celui en exécution. L'une des premières priorités devrait aller à l'éradication de la pandémie du Covid-19.

Puis, le Cameroun devra honorer ses engagements vis-à-vis de la Confédération africaine de football (CAF) avec le CHAN qui doit démarrer en janvier prochain. Il y a également la pacification de toutes les régions qui connaissent une certaine insécurité en ce moment. Le gouvernement entend ensuite mettre l'accent sur l'achèvement et la construction des infrastructures dans les domaines de la santé, des routes, la construction des écoles, l'approvisionnement en eau et électricité avec notamment l'accélération du projet d'alimentation en eau de la ville de Yaoundé et ses environs à partir du fleuve Sanaga. Le secteur agropastoral ne devrait pas être en reste, l'objectif visé par le gouvernement ici étant de favoriser la transformation locale en vue de réduire le déficit de la balance commerciale. Après le passage du Premier ministre, chef du gouvernement devant l'Assemblée nationale hier, le bal du passage des membres de son équipe devant la Commission des Finances et du Budget devrait s'ouvrir pour leur permettre de défendre leurs enveloppes budgétaires.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.