Afrique: Entrepreneuriat féminin - Le savoir-faire africain en vitrine

Les femmes entrepreneures du continent sont réunies depuis hier à Yaoundé dans le cadre d'un forum pour mutualiser leurs efforts.

L'on n'a pas tari d'éloges hier 25 novembre 2020 à l'égard de l'entrepreneuriat féminin africain. C'était à l'ouverture officielle de la première édition du Forum africain des femmes entrepreneures (FAFE) ouvert depuis lundi au Palais des Congrès à Yaoundé. Une occasion de mettre en exergue le potentiel des femmes dans ce domaine. Battantes et combatives, elles ne cessent de créer des entreprises pour prouver leur engagement et leur sérieux dans tous les secteurs d'activités. Le ministre des Petites et moyennes entreprises, de l'Economie sociale et de l'Artisanat (Minpmmeesa), Achille Bassilekin III, a loué cette initiative, qui réunit les femmes venant des pays africains (Comores, Congo, Côte d'Ivoire et Rwanda) et qui met en évidence, le rôle et l'importance des femmes entrepreneures sur le continent. « Les femmes entrepreneures contribuent de manière significative au développement de la croissance de nos pays, au bien-être et surtout à la réduction de la pauvreté », assure le ministre des Pme.

Cette rencontre de femmes venues de plusieurs pays d'Afrique est donc une opportunité pour elles de s'encourager à franchir un pas décisif dans un milieu pas toujours favorable pour la gent féminine, selon Rose Simone Manguelle, présidente du Fafe et par ailleurs directrice générale du cabinet M2 Finances. Elle indique que seulement 27% de femmes africaines font le choix audacieux d'une carrière dans l'entrepreneuriat, même si, le chemin est loin d'être évident. Les femmes sont peu formées et manquent d'informations dans le domaine entrepreneurial. Leur difficile accès aux ressources et financements est un souci majeur de même qu'un manque de considération à leur égard. Inverser la tendance, c'est l'objectif que s'est donné le cabinet d'expertise M2Finances.

Il est question de faire coaliser toutes ces femmes en impulsant une nouvelle dynamique. Pour Asna Said Allaoui, présidente du conseil d'administration de la plateforme africaine des femmes entrepreneures, il s'agit de mutualiser les efforts et synergies en fédérant toute initiative en faveur de l'autonomisation des femmes. Et ce n'est pas le Pr. Désiré Avom, économiste qui la démentira. Dans sa leçon inaugurale, il a indiqué que la femme entrepreneure reste au centre du développement, mieux, elle contribue de façon significative à la croissance économique. Selon lui, 62 % de femmes ont contribué à la création de richesses en Afrique. Même si seulement 25% d'entreprises au Cameroun sont créées par les femmes, il n'en demeure pas moins, qu'une éventuelle augmentation du financement de l'entrepreneuriat féminin aura un impact positif au niveau de la croissance économique, sur la création des emplois et la réduction des inégalités.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.