Congo-Kinshasa: Tâtonnements

Qu'on le veuille ou non, comme avant son discours annonçant le début des Consultations, au lendemain de la cérémonie de prestation de serment controversée des juges constitutionnels, Félix Tshisekedi a créé une fois de plus le suspense.

Son mot, son allocution mieux, ses décisions sont très attendues par la population congolaise, mais surtout par la classe politique et sociale du pays dont pratiquement chaque groupe a pris part à ce marathon de trois semaines. Sauf bien-sûr les fervents lieutenants de l'ancien président Joseph Kabila inclus dans le Front Commun pour le Congo, qui ont carrément et poliment décliné l'invitation du Chef de l'Etat dans les dernières minutes.

Eux s'en tiennent au fameux accord de coalition qui les lie à leur partenaire du Cap pour le changement. Enfin, ils estiment que la coalition tient toujours debout, malgré les propos de divorce claires comme de l'eau de roche, prononcés à longueur de journées par les acolytes de Félix Tshisekedi.

Chacun spécule, analyse, fait des prospections, mais personne n'affirme. Difficile, en effet, de donner de quelconques affirmations sur le nouveau modèle de gestion du pays, après ces consultations qui ont donné la voix à l'essentiel des couches sociopolitiques et forces vives de la Nation. Même le sage Kitenge Yesu qui « chuchote » à l'oreille du Chef, refuse de donner le ton, laissant la primeur à l'initiateur de la démarche tendant vers la formation d'une Union sacrée, le président Tshisekedi.

Ses fidèles accompagnateurs comme ceux qui l'attendent au tournant, n'ont d'autres options que de savoir ce qu'il dira. Plus de coalition, ni de cohabitation, tonnent les ténors du parti présidentiel, respect de l'accord et de la Constitution, rétorquent les vrais-faux partenaires.

Dans tous les cas, seul le chef de l'Etat et son cercle restreint connaissent le sort de toutes ces tractations qui, jusque-là, ne résolvent aucun problème à caractère social. Bref, attendons.

Les conclusions du président de la République qui seront incessamment annoncées à la télévision nationale, s'il faut s'en tenir aux propos de ses Porte-paroles, vont certainement déterminer la suite de son premier mandat à la tête du pays, et même le sort de l'alliance avec les alliés.

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.