Sénégal: Moundiaye Cissé, directeur executif de l'ONG 3D - «Ce report va causer de graves conséquences... »

27 Novembre 2020

Le nouveau ministre a juste hérité d'une situation qu'il a trouvée sur place. C'est un conflit d'agenda politique avec l'agenda républicain. On a priorisé l'agenda politique sur celui républicain.

Il est clair aujourd'hui que les acteurs politiques toutes obédiences confondues (majorité et opposition) étaient dans des calculs politiques, des négociations. Car personne n'était prêt à aller aux élections aussi bien le pouvoir que l'opposition. Donc, le report les arranger tous. Car, au vu de ce qui s'est passé entre le président Macky Sall et Idrissa Seck qui étaient en négociation depuis 15 mois, alors que le représentant de Rewmi dans le dialogue était le porte-parole du pôle de l'opposition pendant que son président négociait de manière officieuse, il fallait donc que ce dialogue souterrain aboutisse pour envisager d'aller vers les élections.

C'est ce qui a causé ce grand retard qui rend aujourd'hui impossible la tenue des Locales à la date du 28 mars 2021 puisqu'il n'y'a pas que l'audit du fichier et l'évaluation du processus électoral comme préalable mais aussi, la révision et les réformes à apporter au Code électoral. Ceci pour dire que les acteurs politiques prennent aujourd'hui en otage les citoyens et font des accords sur la base de leur propre agenda politique au détriment de l'agenda du peuple, je veux dire l'agenda républicain. On ne peut pas être dans une République ou le calendrier républicain n'est pas connu. Et le ministre de l'Intérieur ne fait qu'un aveu de ce qui passe.

Personne ne peut dire quand est-ce que ces élections vont se tenir mis à part le président de la République peut-être... Jouer au porte-parole de l'opposition dans le dialogue politique pour après rejoindre le camp du pouvoir, c'est comme un jeu de dupes sur le dos du peuple sénégalais. Pour revenir à ce troisième report, je dirais que cela va causer de graves conséquences puisque qu'on ne pourra tenir ces élections que vers la fin de 2021, donc à une date proche des législatives de 2022 et ensuite ce sera les élections présidentielles de 2024. Ce qui veut dire qu'on sera dans une campagne électorale permanente les trois prochaines années.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.