Ile Maurice: Bruneau Laurette, activiste social - «L'ICAC a démarré une enquête préliminaire après ma déposition»

27 Novembre 2020
interview

Après votre déposition à l'ICAC le 11 novembre contre Pravind Jugnauth pour violation d'une loi qui limite les paiements en liquide à Rs 350 000, ne craignez-vous pas qu'il utilise cette déposition pour refuser de répondre aux questions au Parlement à ce propos ?

Le 3 novembre, Pravind Jugnauth a refusé de répondre en disant qu'une enquête était en cours à l'ICAC, alors que le 17 suivant, il annonçait que ces «enquêtes en cours» avaient été stoppées depuis 2014. À moins qu'il y ait une autre enquête en cours dont nous ne sommes pas au courant ; il aura induit le Parlement en erreur le 3 novembre puisque ma déposition date du 11 novembre. Ceci dit, je ne pense pas qu'il puisse se servir encore une fois de cet argument d'«enquête en cours» car la population attend ses réponses. En tout cas, je ne veux pas que ma déposition serve de bouclier à Pravind Jugnauth. Au contraire...

Justement, où en est-on avec votre déposition à l'ICAC ?

Je viens de recevoir une communication de l'ICAC me disant qu'une enquête préliminaire a déjà débuté. Je crois que c'est une bonne chose. Mais pour que l'enquête puisse suivre son cours, je pense que Pravind Jugnauth devra step down le temps que l'enquête soit terminée.

Pourquoi ?

Puisque l'enquête concerne nul autre que le Premier ministre lui-même et que, comme chacun le sait, il détient tous les leviers de commande au gouvernement. Sa démission est encore plus justifiée que celle d'Ivan Collendavelloo.

Mais démissionne-t-on pour une telle allégation ?

En Europe, dont nous clamons suivre les traditions, on le fait pour moins que ça. Son maintien (NdlR, celui du Premier ministre) au pouvoir entravera non seulement les enquêtes mais aussi les travaux de l'Assemblée nationale puisque c'est lui qui répond ou plutôt qui devrait répondre aux questions le concernant. C'est dingue, notre système !

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.