Cameroun: Ndokoti-Ange Raphaël - L'insécurité resurgit

Agressions et actes de vandalisme y ont été perpétrés le 08 octobre dernier, par des brigands venus venger l'un des leurs.

« Nous avons connu ce phénomène de « retour » du côté de New Bell quand j'arrivais ici. Nous pensions que les uns et les autres avaient compris et qu'ils n'allaient plus revenir. Maintenant qu'ils reviennent, nous allons aussi les traquer ». Promesse du préfet du Wouri, Benjamin Mboutou, ce week-end au cours d'un entretien accordé à CT sur le sujet de l'insécurité dans ce secteur de la ville de Douala. Ceci suite à des agressions perpétrées en soirée le jeudi 8 octobre par des brigands munis d'armes blanches, entre le carrefour Ndokoti et le lieu-dit Cité Sic, en passant par le carrefour Ange Raphaël. En effet, quelque 50 malfrats, armés de couteaux et de machettes, ont semé la terreur dans toute la zone, dépouillant passants, habitants, clients de snacks, etc.

Selon des témoignages recueillis par CT, c'est avec une rare violence qu'ils ont opéré, dévalisé des commerces et même des domiciles privés, créant au passage débandade et confusion générale. Autres éléments du bilan de leur passage, des commerces abandonnés, des personnes blessées suite aux bousculades et chutes... D'après des sources policières, il s'agit des suites d'un énième phénomène de « retour ». La bande d'agresseurs serait venue venger un membre, piétiné à mort dans un snack-bar quelques jours avant.

Alertées, les forces de sécurité sont intervenues promptement et ont maîtrisé la situation. 14 suspects ont été interpellés et mis aux arrêts. Toujours d'après nos sources, la bande d'agresseurs viendrait du quartier Makea, dans l'arrondissement de Douala II.

Plus tard dans la soirée, le calme a été rétabli. Cependant, les rues sont restées presque vides en ce jeudi. « J'ai eu d'énormes difficultés à trouver une moto pour rentrer chez moi à Nyala. Tout le carrefour Ndokoti était vide. Pas de motos, pas de taxi », témoigne Oscar, habitant de Douala III. Mais durant le week-end, l'activité a repris son cours dans toute la zone ainsi « visitée ».

Cela dit, CT a appris que dans la nuit de samedi à dimanche, une attaque en bande similaire a eu lieu à Deido. Une cinquantaine d'individus, selon des témoins, ont sévi entre la pharmacie La Rive et le lieu-dit Mulatako. Bilan, des blessés, ainsi que des pertes financières et matérielles.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.