Zimbabwe: Au moins 40 mineurs piégés sous terre après l'effondrement d'une mine

Les opérations de secours se poursuivent au Zimbabwe après l'effondrement d'une mine d'or mercredi soir à Bindura. Au moins 40 mineurs illégaux sont pris au piège et les chances de les retrouver en vie s'amenuisent.

Un camion grue et une équipe locale de secouristes continuent de s'afférer sur le site de la mine d'or de Ran, à Bindura, au nord-est du Zimbabwe, sous l'œil de centaines d'habitants, proches et familles des mineurs.

Le site s'est effondré mercredi soir et seulement six personnes ont pu être secourues depuis l'effondrement de la mine.

Les mineurs piégés sous terre exploitaient ce site désaffecté de manière illégale. L'effondrement serait dû à l'explosion par les mineurs de plusieurs piliers du puit, selon un responsable des secours contacté par l'AFP.

Le site serait en partie inondé, ce qui renforce le pessimisme sur les chances de trouver des rescapés. La situation est si critique que, selon un journaliste sur place, des entreprises de pompes funèbres ont installé leurs tentes à proximité du lieu de l'accident.

Les effondrements de ce type sont communs au Zimbabwe, pays qui regorge de ressources souterraines - or, diamants, platine, charbon, cuivre notamment. D'autant plus que l'exploitation minière représente une puissante manne financière pour le Zimbabwe. L'or, par exemple, représente 60% de ses exportations et 10% des emplois. Et en raison du chômage de masse, de nombreux travailleurs continuent de descendre dans des sites officiellement fermés, ou pénètrent illégalement dans des mines toujours exploitées.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.