Sénégal: Injures publiques - L'Imam Ousmane Guéladio Kâ risque 6 mois ferme

27 Novembre 2020

Le parquet a requis jeudi, une peine de 2 ans dont 6 mois ferme avec une amende de 500.000 F Cfa, contre l'imam Ousmane Guéladio Kâ, poursuivi pour injures par le biais d'un système informatique envers un groupe de personnes qui se distingue par la religion.

Après plusieurs renvois, l'affaire opposant Ephrem Manga, coordonnateur du collectif «Les veilleurs»-une association chrétienne-, à l'imam Ousmane Guéladio Kâ a été finalement plaidée jeudi. Face aux juges de la deuxième chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance de Dakar a contesté les faits d'injures par le biais d'un système informatique en vers un groupe de personnes qui se distingue par la religion qui lui sont reprochés. Ephrem Manga et ses coreligionnaires lui reprochent d'accuser la religion chrétienne d'être à l'origine de tous les vices de la société.

«C'est sur la toile que j'ai vu une vidéo de 2 minutes. J'ai pensé que les propos ont été sortis de leur contexte mais, j'ai visionné toute la vidéo et j'ai remarqué qu'il a imputé tous les vices de la société à la communauté chrétienne. Cela m'a fait mal et j'ai décidé de porter plainte avec avoir lancé une pétition », a déclaré la partie civile, pour justifier son action. Lorsqu'il a été entendu, le religieux a d'emblée précisé que son intention n'a jamais été d'injurier la communauté chrétienne, lors d'une conférence publique, tenue le 18 septembre 2018 à Gorée.

«Je n'ai pas cité de religion ni d'ethnie mais, j'ai juste le comportement de certains musulmans, dont leur négligence dans la pratique de l'islam, contribue à la légalisation de certains vices», a dit le prévenu, venu avec une forte mobilisation. Avant d'ajouter : «Je n'ai pas proféré la moindre injure. Je suis étonné par cette accusation alors que je ne faisais qu'interpréter un hadith du prophète ». Les conseils des parties civiles ne sont pas du même avis. Mes Etionne Ndione et Ousseynou Gaye estiment que les propos de l'imam relèvent de la stigmatisation.

Ils ont réclamé le franc symbolique pour leurs clients. Le parquet a embouché la même trompette avant de requérir une peine de 2 ans dont 6 mois ferme avec une amende 500.000 F CFA. La défense qui, à l'entame, avait demandé que la procédure soit déclarée nulle pour défaut d'intérêt à agir, a plaidé la relaxe.

Pour Me Ndoumbé Wane, leur client était dans son rôle de prédicateur, et qui « fait un prêche, ne caresse pas». Encore que Me Babacar Ndiaye considère que les propos de leur client ont été mal interprétés et ne sauraient considérés comme injurieux. Mieux, Me Moussa Sarr estime qu'il y a même prescription car la procédure a été déclenchée six mois après. Ce qui fait dire à Me Demba Ciré Bathily que cette affaire n'aurait jamais dû être enrôlée. Le jugement sera rendu le 10 décembre.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.