Afrique: La Suisse et le Ghana signent un accord pour la protection du climat

Genève/ New York/ Ghana — La Suisse et le Ghana ont signé, dans la capitale ghanéenne Accra, un accord permettant à la Suisse de compenser une partie de ses émissions de CO2 par des projets climatiques menés au Ghana. Il s'agit du deuxième accord de ce genre au niveau mondial conclu dans le cadre de l'Accord de Paris sur le climat.

En ratifiant l'Accord de Paris, la Suisse s'est engagée à réduire de 50 %, d'ici à 2030, ses émissions de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990.

Si elle entend atteindre cet objectif avant tout par des mesures réalisées dans le pays, elle peut aussi, en vertu de l'Accord de Paris, compenser ses émissions en menant des projets climatiques à l'étranger et en prenant les réductions d'émissions ainsi réalisées en compte dans son objectif.

L'administrateur du PNUD, Achim Steiner, a déclaré : « Nous sommes fiers d'avoir pu faciliter le dialogue entre la Suisse et le Ghana, instaurer un climat de confiance des deux côtés et offrir notre soutien technique pour sa mise en œuvre.

Nous espérons que cet accord bilatéral permettra au Ghana National Clean Energy Program d'atteindre ses objectifs en réduisant jusqu'à 2 millions de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre, en donnant accès à l'énergie à des millions de personnes et en se dirigeant vers une reprise verte ».

L'accord, dont l'entrée en vigueur est prévue pour le début de l'année prochaine, permet la réalisation de projets de protection du climat, tels que l'installation de plusieurs centaines de milliers d'installations solaires décentralisées dans le cadre du Ghana National Clean Energy Program.

Ce programme renforce le développement d'énergies renouvelables et de technologies efficaces sur le plan énergétique, réduisant ainsi les émissions de CO2 au Ghana.

Il favorise notamment la diminution des quantités de bois et de charbon de bois utilisés comme combustibles dans la cuisine grâce à des méthodes plus efficaces et le remplacement des lampes au kérosène et des bougies de paraffine par des technologies solaires et LED.

En outre, il vise à encourager les petites entreprises à utiliser des installations solaires de taille moyenne à la place de groupes électrogènes diesel.

Règles claires en matière de protection de la nature et de droits de l'homme

L'accord oblige les deux parties à utiliser une méthode qui prévient le double comptage des réductions d'émissions réalisées. De plus, il crée des conditions-cadres claires concernant le transfert de réductions d'émissions et la reconnaissance de ces réductions tant par le Ghana que par la Suisse.

Par ailleurs, l'accord fixe des critères qui garantissent que les projets climatiques menés ne nuisent pas à l'environnement, répondent aux exigences du développement durable et respectent les droits de l'homme.

Il ne tolère aucun soupçon de violation de ces derniers ou de la législation nationale, qui suspendrait immédiatement le transfert des réductions d'émissions réalisées à travers le projet concerné. Le respect de ces critères sera contrôlé tout au long de la réalisation des projets climatiques.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X