Cote d'Ivoire: Gestion des ressources halieutiques dans les zones côtières - Les populations de Sassandra sensibilisées à la protection de la mangrove

28 Novembre 2020

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (Fao) en Côte d'Ivoire et le ministère des Ressources animales et halieutiques (Mirah) ont organisé du 20 au 22 novembre des activités de sensibilisation des populations de Sassandra.

Des manifestations organisées en marge de la Journée mondiale de la pêche célébrée par les l'Organisation des Nations unies (Onu) chaque 21 novembre.

À cette occasion, Dr Yacoub Issola de la Convention d'Abidjan a procédé à un échange interactif avec les mareyeuses et les pêcheurs, pour les sensibiliser à l'importance de la mangrove et la nécessité de la préserver pour garantir l'abondance de produits de la mer.

Les activités de sensibilisation ont été menées dans le cadre du projet « Offrir des avantages environnementaux, sociaux et économiques durables en Afrique de l'Ouest, grâce à une bonne gouvernance, des incitations correctes et l'innovation » ou Initiative pêches côtières en Afrique de l'Ouest (Ipc-AO).

Cette initiative a pour objectif global de renforcer la gouvernance, la gestion et les chaînes de valeur de la pêche par la mise en œuvre d'une approche écosystémique des pêches, d'outils internationaux pertinents et de partenariats innovants en matière de gouvernance dans trois pays d'Afrique de l'Ouest que sont le Cabo Verde, la Côte d'Ivoire et le Sénégal.

En Côte d'Ivoire, il est exécuté sur deux sites pilotes que sont le débarcadère Mohammed VI d'Abidjan de Locodjro et le débarcadère de Sassandra.

Sur le site de Sassandra, plusieurs activités ont été menées afin de permettre aux bénéficiaires de s'approprier le projet tout en mettant un accent particulier sur le changement de mentalité et le renforcement des capacités des différents acteurs.

Représentant le directeur de l'aquaculture et des pêches, lors de la cérémonie de lancement des activités au débarcadère le 21 novembre, Armand Zegbeu, coordonnateur national du projet Ipc, a situé le contexte de la célébration de la journée mondiale de la pêche.

Il a relevé l'importance des acteurs de la pêche dans la sécurité alimentaire et les a félicités pour leur dévouement malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Pour sa part, Yapo Abby, secrétaire général 1 de la préfecture de Sassandra - représentant le préfet - a invité ses administrés à s'impliquer dans les actions menées en leur faveur par le Mirah, la Fao et la Convention d'Abidjan, car il y va de la pérennisation de leurs activités.

D'autant plus que l'on note « une baisse drastique des produits de la pêche et une migration des acteurs vers d'autres zones » du fait de la destruction avancée des mangroves. Il a donc adhéré à la volonté des autorités municipales de prendre un arrêté pour en interdire l'exploitation abusive.

Quant à Koné Aboubakar, administrateur national et point focal du projet Ipc à la Fao, il a expliqué les objectifs du projet et cité les différents appuis dont ont bénéficié les actrices de la pêche du débarcadère de la localité.

Sangaret Zié Léonard, maire de Sassandra, a exprimé la gratitude des bénéficiaires à la délégation pour avoir choisi sa commune. Il a exhorté les acteurs de la pêche à faire de sa circonscription une ville respectueuse de l'environnement par l'adoption de bonnes pratiques de pêche.

Les populations s'engagent...

La délégation comprenant les autorités administrative, locales et l'équipe de la Fao a visité deux sites. Le premier est situé dans le village de Brodjé, à 30 km de Sassandra.

Sur place, il s'est agi de constater l'état de dégradation avancée de la mangrove et de procéder, pour des besoins de communication, à une simulation de planting pour sa restauration.

Supervisée par Dr Yacoub Issola, cette opération a été menée par des jeunes riverains de ces mangroves, membres de l'Ong Afrique verte environnement.

L'Ong est partenaire de la Convention d'Abidjan pour la mise en œuvre de la gestion durable des écosystèmes de mangroves dans le cadre du projet Ipc-AO, au sein du complexe Sassandra-Dagbego.

Dr Yacoub Issola a supervisé cette opération. Jean-Claude Katté, chef d'équipe planting de mangrove, a exprimé la prise de conscience des jeunes qui commercialisaient le palétuvier aux mareyeuses. Les jeunes s'orientent désormais vers d'autres activités, notamment l'élevage.

Le second site visité a été celui de la transformation du poisson des femmes Néyo, du quartier Groudou, et Fanti du camp éponyme à Sassandra, qui ont montré des fours faits à base d'argile et utilisant du bois non polluant ni proscrit.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.