Madagascar: Trafic des tortues - Les commanditaires des vols introuvables

Des tortues marines

Les tortues de l'espèce Astrochelys radiata continuent d'être l'apanage des trafics. Hier, trente-six tortues étoilées ont été appréhendées dans la commune de Beahitse, district d'Ampanihy. Six femmes et quatre hommes dont deux mineurs sont rapportés avoir emmené les tortues depuis les communes de Lazarivo et de Soaserana, district de Betioky-Sud.

Les sources locales expliquent que les communautés de base, les agents du Madagascar National Parks (MNP) et les forces de l'ordre ont pisté ces « ramasseurs de tortues » et ont réussi à les arrêter.

Au vu des photos, ce sont des espèces adultes et elles ont été emballées dans des sacs durant leur transport. Une n'a pas survécu et certaines sont blessées et leur carapace trouée.

Le 17 novembre, un autre coup de filet a été réalisé avec soixante-dix-sept tortues saisies à Ejeda, toujours dans le district d'Ampanihy.

Mercredi dernier, 25 novembre, le camion du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a été saisi à Fianarantsoa, « sur base de renseignements » nous explique-t-on.

Dix-neuf tortues y ont été trouvées et les sources policières de Fianarantsoa ont juste fait savoir que les personnes à son bord ont été mises sous mandat de dépôt.

Ces sources n'ont pas voulu apporter plus de détails sur la suite des enquêtes ni sur l'origine des tortues. La direction régionale de l'Environnement et du développement durable (DREDD) Haute Matsiatra, souligne que les tortues sont actuellement en lieu sûr.

Chaîne

Le secrétaire exécutif du BNGRC, Elack Olivier, explique qu'il a été signalé dès que le camion a é té intercepté. «J'ai alors confirmé qu'il s'agit bien du camion du BNGRC avec un chauffeur, un chef de corps, un convoyeur et deux dockers.

Quant au transport de tortues, cela n'a rien à voir avec le BNGRC. J'ai demandé que la police et la justice poussent leur enquête » a-t-il souligné. Le camion est en provenance du district d'Ampanihy, région Atsimo Andrefana où il a rapporté des vivres pour les personnes touchées par le Kere.

Les enquêtes dites en cours dans des cas de trafic de tortues n'aboutissent qu'à l'arrestation des « pions », tels que les braconniers, les ramasseurs et les transporteurs. Les commanditaires n'ont jamais été dévoilés.

On se souvient des dix mille tortues confinées à Betsinjaka Toliara en avril 2018. Seule, la propriétaire de la maison où ont été entassés les animaux ainsi que le gardien passent des jours en prison depuis.

Le patron de cette opération n'a jamais été inquiété. Une étroite coopération avec la justice est entamée et les collaborations avec les communautés de base ont été dynamisées.

« Plus d'un millier de tortues ont été appréhendées rien que cette année. Le ministère de l'Environnement et du développement durable prône la tolérance zéro dans tout trafic de ressources naturelles » a indiqué la ministre Baomiavotse Vahinala Raharinirina.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.