Ile Maurice: Non-respect de la quarantaine - Un couple risque une amende de Rs 1 million et cinq ans de prison

28 Novembre 2020

Il voulait à tout prix voir sa dulcinée qui se trouvait au Centre récréatif Lady Sushil, à Pointe-auxPiments. Quitte à contourner la loi et risquer une amende.

Mais au-delà de l'infraction, cette histoire a suscité des interrogations, notamment : pourquoi la jeune femme s'est retrouvée au centre récréatif au lieu de l'hôpital ENT ? Ou encore que dit la loi face à ces excès ? Voici des éléments de réponse...

Ils ont été quelques-uns à avoir violé la Quarantine Act : le milliardaire Roopesh Hematlal, Aruna Gangoosingh et, dernièrement, Shazad Rehman. Comme dans Roméo et Juliette, cet homme a escaladé le mur d'enceinte du centre récréatif de Pointe-aux-Piments pour retrouver son épouse.

Après une nuit, le jeune homme de 24 ans s'est fait épingler par la police. Il a été aperçu sur les caméras de sécurité entourant le centre.

Une Medical Health and Quarantine Officer l'a dénoncé. Arrêté, il a été placé au Detention Centre de Vacoas. Mais aux dernières nouvelles, il s'est trouvé malade et a été envoyé dans une «Flu Clinic», sous surveillance policière.

Cet homme est inconscient des risques. Il n'a pas pensé aux autres.

Cet incident a été également rapporté lors de la conférence de presse hebdomadaire du National Communication Committee sur le Covid-19. Pour le docteur Catherine Gaud, c'est un acte grave. «Heureusement que son épouse a été testée négative la veille de sa visite ainsi que le jour même.»

Il n'est pas impossible d'entrer dans le centre ailleurs que par la porte principale. «Il a dû profiter que les officiers de la Special Mobile Force regardaient ailleurs. Il se peut qu'il soit passé par la plage. Mais cet homme est inconscient des risques. Il n'a pas pensé aux autres.»

Selon la Quarantine Act 2020, il risque une amende de Rs 500 000 et une peine d'emprisonnement de cinq ans. Mais il n'est pas le seul. Son épouse risque aussi la même sentence.

«Nous attendons l'avis du ministère de la Santé concernant les conditions qu'elle a enfreintes. Une fois qu'elle quittera le centre, nous verrons quelles seront ses sanctions», soutient l'inspecteur Shiva Coothen, du Police Press Office.

Cette mésaventure a aussi révélé que le centre récréatif de Pointe-aux-Piments est actuellement utilisé comme centre de Covid-19. Quels sont les critères pour s'y retrouver, au lieu de l'hôpital ENT ?

Le docteur Catherine Gaud nous éclaire : les deux lieux sont réservés aux patients atteints du Covid-19. «À Pointeaux-Piments, se trouvent une partie de ceux qui sont positifs. Puis, comme le protocole a changé, il y a une salle où l'on garde les patients négatifs mais qui attendent leurs dix jours avant de quitter l'établissement.»

Il y a 48 patients actuellement atteints du Covid-19 à Maurice, pour la plupart des cas importés. Par ailleurs, quelques petits travaux sont également effectués à l'hôpital ENT en ce moment. «On doit libérer une salle pour les travaux.»

Certains critères conditionnent que des patients soient à l'hôpital de Vacoas. «Ceux qui sont âgés ou qui nécessitent une surveillance, comme ceux qui ont besoin d'oxygène, restent sur Vacoas.

Les autres, qui sont asymptomatiques, sont envoyés à Pointe-aux-Piments, où il y a les médecins et le personnel adéquats, également.»

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.