Afrique: Plaidoyer pour une meilleure représentation du continent dans les organes de l'OCI

L'Afrique a un "faible niveau de représentation" dans les organes de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), a déploré, vendredi à Niamey, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l'extérieur, Aissata Tall Sall.

"L'autre source de préoccupation du continent est le faible niveau de sa représentation au sein des organes de l'OCI, car si les membres africains représentent le tiers de l'organisation, ils n'occupent actuellement que 2 postes stratégiques sur les 28 que compte l'OCI", a-t-elle dit.

Elle s'exprimait au nom du groupe Afrique, lors de la 47 ème session du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l'OCI.

Selon Mme Tall, "l'impératif de justice et d'équité", implique de "corriger" cette situation, pour rendre l'Organisation "inclusive, solidaire et conforme" aux valeurs prônées.

Elle a appelé "à la finalisation de la deuxième phase du Programme spécial pour le développement de l'Afrique axé sur les infrastructures frontalières.

Selon elle, la réalisation du projet de chemin de fer Dakar-Port Soudan devrait jouer un rôle essentiel dans le renforcement de la coopération au sein de l'OCI, en particulier dans le domaine du commerce.

Elle estime que la part de l'Afrique est marginale dans le volume des échanges intra-OCI, estimé à 481 milliards.

"Près de 75% de ces échanges sont concentrés dans seulement dix pays membres. Des efforts supplémentaires doivent être menés, en vue de doter l'Afrique de 25% du commerce intra-OCI, à l'horizon 2025",a-t-elle plaidé.

Cette 47ème réunion est axée sur le thème : "Unis contre le terrorisme pour la paix et le développement".

Pour Aissata Tall Sall, elle "offre l'occasion d'envisager des solutions globales et pratiques à ce phénomène, qui touche la planète entière, y compris l'Afrique sub-saharienne et le Sahel".

Elle a aussi souligné la nécessité d'une "redynamisation" de la coopération en matière de sécurité entre l'OCI et les organisations sous-régionales et régionales africaines.

S'agissant du Covid-19, Mme Sall a suggéré, en plus de la priorité à la question du développement socio-économique au profit des pays les moins avancés, une implication de l'OCI, "en vue d'un accès de tous aux potentiels vaccins et traitements contre cette pandémie".

Elle a exprimé la solidarité et le soutien du continent africain aux Palestiniens "pour la préservation de leurs droits légitimes, y compris le droit à un Etat palestinien indépendant et souverain, à l'intérieur de frontières sûres et internationalement reconnues et garanties".

Elle a également évoqué dans son discours, les victimes des conflits armés, du terrorisme, de l'islamophobie, mais aussi des minorités musulmanes dans les pays non musulmans, y compris les Rohingyas en Birmanie.

Au nom du Groupe africain, le ministre sénégalais des Affaires étrangères a appelé à un "retour au message authentique de l'Islam fondé sur les valeurs de paix, de tolérance, de justice, de pondération, de solidarité et de respect mutuel".

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.