Algérie: La réforme de la Ligue arabe passe par la réforme des régimes politiques arabes

Londres — Le diplomate et ancien ministre, Abdelaziz Rahabi estime que la Réforme de la Ligue arabe passe par la réforme des régimes politiques dans le monde arabe.

Dans un entretien au Quotidien "Al-Quds Al-Arabi"-publié dimanche sur son site électronique-M. Rahabi a affirmé que "la réforme de la Ligue arabe passe par la réforme des régimes politiques dans le monde arabe", arguant "qu'il s'agit d'une réforme souveraine des régimes, sur le plan interne loin des pressions étrangères".

Depuis sa création, a-t-il poursuivi, "aucun changement n'a été enregistré dans la gestion de la Ligue arabe", contrairement à l'Union africaine (UA) qui compte un nombre important de parlements et de gouvernements élus démocratiquement, une société civile active, des partis et syndicats indépendants, et consacre le principe d'égalité entre ses membres".

Evoquant les crises prévalant actuellement sur la scène arabe, M. Rahabi s'est dit convaincu que "toute solution dans la région, exige d'abord un accord politique avec les Palestiniens et l'appui de tous les pays arabes", insistant sur l'impératif de relancer l'initiative arabe susceptible de renforcer la position de la Palestine et de lui conférer davantage de force aux négociations, en sus de reconstituer l'unité arabe pour sortir avec une position unifiée autour de la question palestinienne".

Il a déploré, en outre, "la fragmentation des positions arabes" à ce sujet "à l'origine de la dispersion de l'opinion publique arabe, ce qui ne sert pas la paix dans la région".

Revenant à la crise en Libye, l'ancien diplomate a estimé que "la crise perdure en raison de l'intervention directe des forces étrangères, à travers l'injection de fonds et d'armes ultramodernes pour le compte d'agendas étrangers".

Il a souligné, d'autre part, que "les belligérants libyens sont actuellement convaincus que la solution doit être libyenne par excellence, et que l'intervention étrangère ne fera que raviver la crise", précisant que "la crise libyenne arrivée à maturation a montré les limites de la solution militaire".

"La poursuite de la crise sera au détriment du peuple libyen qui dispose de moyens humains et de richesses l'habilitant à devenir une force économique dans la région", a-t-il observé.

M. Rahabi a rappelé, dans ce contexte, la position ferme de l'Algérie vis-à-vis de la crise libyenne qui a toujours respecté la décision du peuple libyen et plaidé pour "une solution pacifique durable", refusant "la solution conjoncturelle".

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.