Ile Maurice: Accident de Wooton - Où en est l'enquête un an après ?

29 Novembre 2020

Le drame a eu lieu il y a un an presque jour pour jour. Deux pompistes ont été percutés de plein fouet par un véhicule conduit par des policiers. L'un d'eux n'a pas survécu à ses blessures. Où en est l'enquête ? Sa famille, elle, attend toujours que justice soit rendue.

Un an s'est écoulé. Depuis que la famille pleure Rohit Gobin. Ce pompiste de 58 ans, qui habitait Bois-Chéri, avait été fauché mortellement par un véhicule de la police, alors qu'il était sur son lieu de travail, à la station-service d'Indian Oil, à Wooton... Où en est l'enquête ?

Rappel des faits d'abord. Le drame a eu lieu le 26 novembre 2019. Vers 10h40, Rohit Gobin est à son poste en compagnie de son collègue, Daniel Lamarque, âgé de 58 ans également. Soudain, une fourgonnette appartenant au poste de police d'Eau-Coulée effectue une sortie de route et fonce droit sur eux... Daniel Lamarque, domicilié à Eau-Coulée, a pu rentrer chez lui après plusieurs jours passés dans une clinique. Alors que Rohit Gobin lui, n'a pas survécu. Il a rendu l'âme après deux jours passés à l'hôpital de Rose-Belle.

Aujourd'hui encore, Jashley Gobin, 30 ans, le fils de la victime, se souvient toujours de ce coup de téléphone qu'il a reçu alors qu'il était sur son lieu de travail à Rose-Hill. Ses proches lui annoncent que son père a eu un accident. C'est là que sa vie ainsi que celle de sa famille a basculé. «C'est un grand vide qui ne pourra jamais être comblé. Nous avions des projets. Nous avions prévu de rénover notre maison et de l'agrandir mais depuis le drame, nous n'avons rien pu faire. D'ailleurs, financièrement aussi, ce n'est pas possible car à présent, il n'y a que ma mère et moi qui contribuons aux dépenses de la maison. Une de mes sœurs est toujours au collège», souligne le trentenaire, qui travaille dans le secteur de l'installation de caméras et de systèmes d'alarme. «À la maison, la tristesse règne toujours, et ma sœur a souvent le regard perdu dans le vide. C'est un traumatisme qui restera à vie. Nous nous battrons jusqu'à ce que mon père obtienne justice», lâche Jashley Gobin.

Justement , où en est l'enquête ? Elle a déjà été bouclée par la Criminal Investigation Division (CID) de Curepipe et le dossier sera soumis au Directeur des poursuites. La police recommande ainsi que le constable Mohammad Ashfaar Domun soit poursuivi sous cinq chefs d'accusation : homicide involontaire; coups et blessures par imprudence; nonassistance à personnes en danger; excès de vitesse et conduite d'un véhicule impropre à la circulation. Ces recommandations sont soutenues par des rapports de l'ingénieur du ministère des Infrastructures publiques et d'experts de la police, qui ont inspecté les pneus arrière du véhicule et confirmé qu'ils étaient lisses.

162 km/h

Dans sa version à la police, le constable Mohammad Ashfaar Domun avait expliqué qu'il se trouvait sur la fast lane à Wooton et roulait en direction de Curepipe à environ 100 km/h lorsque le véhicule a dérapé à cause de la route glissante suite aux grosses averses et accumulations d'eau. Les enquêteurs ont établi que le véhicule roulait à environ 162 km/h, après une analyse scientifique et mathématique des images des caméras de surveillance. Tous les facteurs étaient réunis pour provoquer cet accident : la pluie, l'accumulation d'eau et la route glissante. Le constable Hashmi Madhina, qui se trouvait en compagnie de son collègue, est lui accusé de non-assistance à personnes en danger.

Qui plus est, l'enquête a également établi que «l'homme en noir» aperçu sur les images CCTV de la station-service, et qui avait suscité la polémique lorsqu'il est venu aider les policiers, ne faisait que passer par-là, par pur hasard. L'homme en noir, justement, est un chauffeur de 51 ans, habitant la région. Il avait été entendu par la CID de Phœnix et avait expliqué qu'il était venu aider les policiers car la situation semblait être hors de contrôle lorsque des membres du public, en colère, sont arrivés sur les lieux de l'accident.

Il a appelé les secours pour aider les blessés car il n'a pas les connaissances requises en ce qu'il s'agit de premiers soins. L'enquête a confirmé ses dires et démontré qu'il n'a, à aucun moment, eu des communications téléphoniques avec les policiers incriminés.

Finalement, l'enquête a aussi démontré que des entrées ont été faussées au poste de police après l'accident. Les responsables risquent des sanctions disciplinaires.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.