Algérie: Cour d'Alger - Report du procès des anciens ministres de la Solidarité nationale au 6 décembre

Alger — La Cour d'Alger a reporté, dimanche, pour la deuxième fois le procès en appel des anciens ministres de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbes et Saïd Barkat au 6 décembre prochain.

La décision de report du procès des deux anciens ministres pour dilapidation de deniers publics, détournement de deniers publics, conclusion de marchés en violation de la législation et abus de fonction, est intervenue "à la demande de la défense des deux accusés", en raison du nombre important d'affaires enrôlées au niveau de la 6e chambre de la Cour d'Alger et de sa concomitance avec d'autres procès impliquant les mêmes parties.

La Cour d'Alger avait déjà reporté le procès des anciens ministres prévue initialement pour le 15 novembre à la demande de la défense.

Le Tribunal de Sidi M'hamed avait condamné les deux anciens ministres de la Solidarité nationale, Djamel Ould Abbes et Saïd Barkat, à des peines respectives de 8 ans et 4 ans de prison ferme assorties d'une amende d'un million de DA chacun.

Le fils de Djamel Ould Abbès, El Ouafi (en fuite à l'étranger), a été condamné à 10 ans de prison ferme, assortis d'une amende d'un million de DA avec émission d'un mandat d'arrêt international à son encontre.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.