Ile Maurice: Drogue synthétique - Paul Bérenger réclame l'institution d'un «select committee» pour revoir les lois

29 Novembre 2020

«Le MMM est en faveur de la mise sur pied d'un select committee du parlement en vue de se pencher sur toute la question de drogue, y compris le cannabis et la drogue synthétique.» C'est ce qu'a affirmé le leader des Mauves, Paul Bérenger, lors d'une causerie ayant pour thème «Simik: Anou konbat li», tenue à Ebène, ce samedi 28 novembre. Une initiative de la Jeunesse Militante et l'aile féminine du parti.

Toutefois, selon Paul Bérenger, ce n'est pas sous le présent Parlement que ce select committee verrait le jour. «On souhaite que ce comité devienne une réalité le plus vite possible lorsqu'un nouveau gouvernement sera élu. Car, il s'agit d'un problème urgent. On ne peut pas perdre du temps. Il faut tout revoir et faire des reccommandations,» estime Paul Bérenger.

Et de revenir sur une déclaration du chef de la brigade anti-drogue, Choolun Bhojoo, à l'effet que cette unité a demandé aux autorités de venir de l'avant avec un projet de loi spécifique, concernant la drogue synthétique.

«La population a le droit de savoir quand est-ce que cette demande a été formulée car les ravages de la drogue synthétique ne datent pas d'hier,» dit le leader du MMM. Dans la foulée, il a aussi fait ressortir que de plus en plus de personnes réfléchies, «pa bann eksite», qui affirment que c'est la légalisation du cannabis qui va aider à combattre la drogue synthétique (voir plus bas).

«Le MMM a toujours été pour la légalisation du cannabis à des fins médicales, et qu'il ne faut pas qu'un consommateur se trouve en prison pour en avoir consommé ce produit,» a souligné Paul Bérenger. Ce dernier a, à ce propos, évoqué le referendum présenté par la Nouvelle-Zélande, au sujet du cannabis. «Il s'agit d'un projet de loi complet. Mais, celui-ci n'a pas été voté (la majorité ayant voté contre),» a-t-il déclaré.

Légalisation du cannabis: La solution ?

Oui, selon Kunal Naik, directeur de plaidoyer et communication chez PILS. Il était l'un des quatre orateurs à cette causerie, hormis Paul Bérenger, Drish Baboolall, président de la Jeunesse Militante et le Dr Satish Boolell, membre du MMM et médecin légiste de profession. «On connaît déjà sa composition, il faut contrôler son THC, et le vendre à un endroit spécifique. Il faut aussi réduire son prix car, beaucoup de personnes se tournent vers la drogue synthétique comme celle-ci est plus bon marché. Le cannabis peut être vendu à des personnes âgées de 21 ans à monter. On pourrait peut-être commencer par l'utilisation médicale, ensuite on verra,» a-t-il proposé. Cependant, pour le Dr Satish Boolell, ce sera difficile de faire avaler ce projet de loi aux dirigeants. «Peut-être qu'il faut encourager le cannabis récréationnel...», a-t-il suggéré.

«O MMM, ou pa pou trouv avoka ou parlmenter pran case la drog»

Alors que des hommes de loi s'attirent de vives critiques pour avoir choisi de représenter des suspects impliqués dans la mort tragique du petit Ayaan Ramdoo, 2 ans ou encore de la policière Dimple Raghoo, la maîtresse de cérémonie et présidente de l'aile féminine, Rouma Bahadoor, devait déclarer qu'«o MMM, ou pa pou trouv avoka ou parlmenter pran case la drog.»

Par ailleurs, à l'issue de la causerie, elle devait annoncer la tenue d'un candle light au Plaza à Rose-Hill, à partir de 17h30, le mercredi 2 décembre. Cela, en mémoire du petit Ayaan, décédé dans des circonstances tragiques, le 12 novembre dernier. Il s'agit d'une initiative conjointe de la Jeunesse Militante et l'aile féminine du MMM. Soulignons qu'en début de la causerie du jour, une minute de silence a été observée en souvenir de la policière Dimple Raghoo tuée alors qu'elle était en fonction.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.