Congo-Kinshasa: Crise - Kin-kiey Mulumba brandit la carte du référendum !

On avait presque oublié la saveur des débats intellectuels, se fondant sur de vrais arguments, avec un respect mutuel et pour un véritable éclairage de la population sur des questions capitales.

Le diplomate Léonard She Okitundu, membre de la plateforme politique Front Commun pour le Congo (FCC), était vendredi dernier en face d'un ancien allié, le politique expérimenté Tryphon Kin-kiey Mulumba du Cap pour le changement (CACH), sur le plateau de l'émission Le Débat de la radio Top Congo FM. Questions de l'heure, crise actuelle, conflits majeurs, les co-débatteurs ont mis en exergue leurs expériences personnelles de la gouvernance du pays, avec un come back sur l'histoire.

A en croire KKM, pour sortir de la crise politique de l'heure, le référendum reste le dernier acte de l'œuvre constitutionnelle. "Le Président de la République élu démocratiquement est face à un parlement qui ne correspond pas à sa vision ; que voulez-vous qu'il fasse ?", s'est-il interrogé. En tout cas pour ceux qui ont suivi le débat, KKM a jonglé avec le ballon dans l'histoire du général de Gaulle et le référendum en France. Pour d'autres encore, Kin-kiey Mulumba a défendu Fatshi avec les arguments bétons à l'appui. Comme pour dire que CACH fait monter en première ligne ses attaquants de choc restés à la réserve jusqu'ici. Reconnaissant envers les internautes qui n'ont pas tari d'éloges envers sa personne, le Crabe a, dans un Tweet, appelé les Congolaises et Congolais, tous Ensemble, à être du bon côté de l'Histoire en majuscules.

Déjà pour ce qui est de la sortie de la crise politique actuelle, Kin-kiey Mulumba sort la carte du référendum comme solution idoine. Il s'agit, en effet, d'une question qui continue d'alimenter les débats, même après les consultations nationales initiées par le Président Félix Antoine Tshisekedi, dont les grandes décisions sont attendues par le peuple congolais.

Kin-kiey Mulumba reste focus sur cette possibilité de résolution de crise. «Nous sommes face à une crise majeure, pourquoi ne pas passer à l'autre République comme ça s'est fait ailleurs ; le référendum est le dernier acte de l'œuvre constitutionnelle», a-t-il déclaré vendredi 27 novembre au cours de ce débat radiodiffusé et retransmis sur la chaîne Youtube de Top Congo.

Sur les possibilités matérielles de l'organisation d'un référendum en RDC, Tryphon Kin-kiey Mulumba brandit la minimalité des moyens requis. « On ne va pas dépenser 200 ou 600 Millions USD pour organiser le référendum dans ce pays, nous pouvons faire des économies pour ça. Le Président de la République élu démocratiquement est face à un parlement qui ne correspond pas à sa vision, que voulez-vous que le Président de la République fasse ?», s'est-il interrogé.

Avantage au Crabe dans le rôle offensif

Toujours au cours dudit débat, lorsque Kin-kiey Mulumba évoque les conflits majeurs entre le Chef de l'Etat, d'une part avec le Premier Ministre et, d'autre part avec la Présidente de l'Assemblée nationale notamment, avec leurs réponses au chef de l'Etat par leurs communicants, She Okitundu donne des arguments qui, visiblement, ne satisfont pas son contradicteur. Et, à KKM de fustiger l'élection législative truquée de Masi-manimba, en particulier, et à travers la République, en général, avant d'interroger son co-débateur concernant la possibilité de pouvoir nommer un Premier Ministre autre que celui du PPRD comme c'était le cas avec le Palu à l'époque de Gizenga et Muzito.

Lors de ce débat houleux, Kin-kiey Mulumba a dénoncé l'évasion fiscale avec les dignitaires FCC d'avec qui il était partenaire, des encaissements et réserves bancaires de moins de 600 millions. Ce, avant d'évoquer le fameux le blocage du FCC pour favoriser l'échec du président Tshisekedi, ce qui serait un bel argument pour les proches de JKK aux élections 2023. uridisme des FCC...

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.