Centrafrique: L'Imam Oumar Kobine Layama est mort

29 Novembre 2020

Le président du Comité islamique de Centrafrique, icône de la paix, s'est éteint dans la nuit de samedi à dimanche.

La nouvelle a surpris en Centrafrique. L'Imam Oumar Kobine Layama est mort dans la soirée de ce samedi 28 novembre. Acteurs des causes pacifiques, de justice, sa disparition à 66 ans est un choc dans le pays. Au sein de la plateforme religieuse dont il est l'un des fondateurs en 2012, c'est la consternation et l'émoi.

Il avait été parmi les tous premiers, aux côtés du Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga et le Pasteur Nicolas Grekoyamé, à lancer l'idée du dialogue religieux pour éviter à la RCA le chao sécuritaire. Leur Plateforme des confessions religieuses de Centrafrique (PCRC) se révelera un outil précieux dans la médiation face aux violences dans le pays. Elle sera même distinguée par le Prix des droits de l'homme de l'ONU en 2015. Un prix parmi d'autre : en 2015 Oumar Kobine Layama recevait aussi le prix de la paix d'Aix-la-Chapelle en Allemagne.

Des centaines d'hommage

Oumar Kobine Layama avait également oeuvré auparavant pour une médiation dans la crise de 2013, quand la Séléka avait renversé le régime en place. Ses engagements pour la cause de la paix ont fédéré les Centrafricains de toutes tendances confondues. Plusieurs centaines font le déplacement à la mosquée Atik pour un dernier hommage ce dimanche 29 novembre.

Son décès survient à un moment où l'implication des leaders religieux est cruciale pour le pays, à trois semaines des élections groupées dans un contexte sécuritaire incertain.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.