Ethiopie: Le pays dit "contrôler" la région du Tigré

29 Novembre 2020

Les tirs se sont poursuivis ces dernières heures en Ethiopie, alors que le gouvernement central assure contrôler Mekele.

De nouveaux tirs de roquettes ont touché Asmara, la capitale erythrénne dans la nuit de samedi à dimanche. Des roquettes tirées depuis la région du Tigré. "Dix explosions ont eu lieu à Asmara", confirme l'ambassade américaine sur son site Internet. Le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), en conflit avec le gouvernement central éthiopien, accuse les autorités d'Asmara de soutenir l'armée éthiopienne. Quelques heures plus tôt, le gouvernement éthiopien affirmait "contrôler" la région dissidente et sa capitale Mekele.

Situation confuse

Des informations très difficiles à vérifier ce dimanche. Mais un porte-parole de l'armée fédérale éthiopienne indique à l'Agence France Presse que les opérations en cours au Tigré se déroulent "très bien". Des opérations lancées jeudi. Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait alors ordonné à l'armée d'enclencher la "dernière phase" de l'intervention démarrée le 4 novembre. L'objectif affiché était alors de remplacer les autorités locales par des "institutions légitimes".

Samedi soir, Abiy Ahmed réaffirmait lui aussi sur Twitter que l'armée avait pris Mekele et "mené à bien et terminé les opérations militaires dans la région du Tigré".

Des milliers de civils en fuite

Les inquiétudes concernant les civils se sont mulitpliées depuis plusieurs jours, alors que des dizaines de milliers de personnes ont déjà fui vers le Soudan voisin. Abiy Ahmed a tenté de rassurer sur Twitter samedi soir. "Nous avons maintenant devant nous la tâche critique de reconstruire ce qui a été détruit, de réparer ce qui a été endommagé, de faire revenir ceux qui ont fui, avec comme principale priorité le retour à la normale pour le peuple de la région du Tigré", a-t-il écrit.

Quelle réaction dans la population ?

Ce dimanche l'Agence France Presse rapporte que la télévision tigréenne "semblerait avoir entièrement interrompu ses programmes". Elle indique également que certains leaders tigréens sont injoignables. Samedi soir un de ces leaders du TPLF, Debretsion Gebremichael, assurait à l'agence Reuters "que les forces du TPLF continueraient à se battre".

"La suite est incertaine", confirme ce dimanche Murithi Mutiga, de l'International Crisis Group à l'agence de presse allemande DPA. Le TPFL disposerait selon-lui de ressources pour continuer le combat. "Et de nombreuses personnes au Tigré se sont senties marginalisées par le gouvernement d'Abiy Ahmed." Ainsi, même si les combats cessaient, pas sûr que le gouvernement central puisse reprendre le contrôle et pacifier la région si facilement. "La question centrale est de savoir si les habitants du Tigré peuvent être convaincus qu'ils appartiennent à l'Ethiopie", conclut Murithi Mutiga.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.