Bénin: Les prisons ne se dépeuplent pas

27 Novembre 2020

Plus de 10 000 détenus dans les prisons et maisons d'arrêt ont besoin d'un univers carcéral plus humain et respectueux des droits élémentaires.

Jiles Sèdjro Yèkpê, ancien directeur général de l'agence pénitentiaire du Bénin reconnait que les personnes qui sont toujours détenues dans les prisons et maisons d'arrêt du Bénin ont droit à un univers carcéral plus humain et qui prend en compte les droits élémentaires.

Au micro de Rodrigue Guézodjè, il évoque aussi les préjugés auxquels font face les prisonniers qui recouvrent leur liberté.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.