Madagascar: Consommation - Renforcement des contrôles de prix sur les étals

Les manœuvres spéculatives décuplent. Les grossistes et détaillants sont tenus à l'œil.

Sanction. Spéculateurs et autres opportunistes sont mis en garde. Dès cette semaine, les opérations de contrôle se feront à tous les niveaux de commerce de produits de première nécessité sur tout le territoire national. L'initiative fait suite à la flambée soudaine et inexpliquée du prix du riz, dont le prix a augmenté de 20% en une semaine.

« Nous allons renforcer le contrôle économique afin de protéger les consommateurs. Il s'agit notamment, du contrôle du commerce des produits de première nécessité (PPN) sur le marché intérieur en identifiant tous les stocks des opérateurs. Cela permettra d'éviter la pénurie ou toute forme de spéculation. Les textes réglementaires régissant la protection des droits des consommateurs sont déjà mis en place. En outre, nous allons contrôler les prix des PPN affichés au marché en publiant les prix de référence de chaque produit sur la base de la structuration du circuit de distribution », explique Gilchrist Rakotoson, directeur du commerce intérieur. Les prix de référence sur les PPN ont été annoncés en réponse aux spéculations.

Les agents du ministère du commerce, présents sur les marchés se chargent ainsi de remonter quotidiennement les informations sur les prix des produits. Les commerçants détaillants doivent détenir une carte rouge.

Facturation obligatoire

La facturation de toutes les transactions sera également imposée dorénavant pour faciliter les suivis. Car depuis quelques semaines, le prix des produits de première nécessité grimpe. Au niveau des détaillants de la capitale, ce sont surtout les produits alimentaires qui subissent cette hausse. À l'exemple du sucre ou l'huile. Ces augmentations seraient une initiative injustifiée des grossistes.

« Les contrôles des marchés sont ininterrompus depuis la crise sanitaire pour lutter contre la hausse inexpliquée des prix et contre les tentatives de spéculation. Le ministère, à travers les contrôleurs et autres éléments, collabore avec les autorités communales pour agir plus efficacement. Pour les détaillants et grossistes persistant à rester dans l'illégalité par rapport à l'affichage de prix, la spéculation ou autres retentions de stock, des sanctions seront appliquées suivant la loi sur la protection des consommateurs ainsi que celle régissant la concurrence sur le marché », rassure le directeur du commerce intérieur.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.