Burkina Faso: Aviation civile - L'aéroport de Ouagadougou certifié ISO 9001-2015

29 Novembre 2020

Le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou, a présidé le vendredi 27 novembre 2020, à Ouagadougou, une cérémonie de remise de certificats aéronautiques à l'aviation burkinabè certifiant l'aéroport de Ouagadougou, répondant aux normes internationales.

L'aéroport international de Ouagadougou est désormais certifié ISO 9001-2015 de l'Agence nationale de l'aviation civile (ANAC). Une certification qui vient augmenter à 15, le nombre d'aérodromes et aéronautiques certifiés en Afrique et six pour ceux certifiés dans l'espace Union économique et monétaire Ouest-africaine (UEMOA). L'information a été rendue publique par les responsables de l'aviation civile burkinabè au cours d'une cérémonie de remise des certificats d'accréditations, présidée par le ministre des Transports de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent T. Dabilgou, le vendredi 27 novembre 2020 à Ouagadougou. Trois certificats de performances ont été décernés aux premiers responsables de l'aviation civile burkinabè. Il s'agit du certificat ISAGO (IATA Safety Audit for Ground Opération), de la régie administrative, chargée de la gestion de l'assistance en escale, du certificat ISO 9001-2015 à l'ANAC et le certifiant d'aérodrome à la Délégation aux activités aéronautiques nationales (DAAN) accordant les normes internationales à l'aéroport de Ouagadougou.

Pour le ministre des Transports, l'acquisition de ces certificats est une grande satisfaction et va renforcer les capacités du trafic aérien sur la ligne de Ouagadougou. « Le plus grand certificat que nous avons ce soir parmi ces certifications, c'est celui que nous avions cherché depuis plus de dix ans. Nous l'avons obtenu aujourd'hui et c'est une grande joie pour nous », s'est-il réjoui. Il a ajouté que le Burkina Faso étant situé au cœur de l'Afrique de l'Ouest, il était essentiel pour ses dirigeants de montrer que l'aviation civile est un domaine de priorité. L'obtention de cette certification répond non seulement aux exigences de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), mais également aux normes de l'UEMOA qui avait déjà fixé une date limite pour le Burkina Faso pour s'acquitter de cette présente certification, a révélé le ministre.

Vincent T. Dabilgou a rassuré que l'aéroport de Ouagadougou est désormais ouvert aux compagnies du monde entier et pour ce qui concerne la certification de celui de Bobo-Dioulasso, il a indiqué que les démarches sont déjà entamées et elle pourrait être effective d'ici à 2022. Présent à la cérémonie de remise des certificats, le Directeur général (DG) de l'Agence pour la Sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), Mohamed Moussa, a affirmé être parmi les plus heureux de cette certification de l'aéroport de Ouagadougou. A l'écouter, l'obtention de cette certification a été possible grâce à l'engagement du gouvernement burkinabè à travers le ministre en charge des transports.

« Ce défi est relevé. Il faut que celui de Bobo-Dioulasso soit certifié avant 2022. Je me suis engagé à apporter mon concours pour que le Burkina Faso puisse relever ce défi pour le deuxième aéroport. C'est exceptionnel d'avoir ces trois certifications au même moment. Au-delà de l'ASECNA, c'est toute l'Afrique de l'Ouest qui doit s'en réjouir », a confié Mohamed Moussa. Quant au DG de l'ANAC, Azakaria Traoré, il a rappelé que cette certification ne doit pas constituer une fin, mais plutôt une invite à la persévérance dans les efforts de mise œuvre de toutes les normes du manuel des standards des opérations de IATA.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.