Sénégal: Il y a 76 ans, l'armée française faisait feu sur des militaires africains

30 Novembre 2020

Il y a 76 ans, l'armée française faisait feu à Dakar sur des tirailleurs sénégalais réclamant leurs soldes au sortir de la seconde guerre mondiale. Le corps des tirailleurs formé de soldats de colonies françaises d'Afrique comprenait notamment des Sénégalais, des Soudanais (actuels Maliens), des Voltaïques (Burkinabè) et des Ivoiriens.

Aujourd'hui, 202 sépultures anonymes sont érigées dans le cimetière militaire de Thiaroye situé dans la banlieue de Dakar, où sont inhumés les tirailleurs sénégalais tués dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 1944, selon une version officielle. L'armée française réprime dans le sang le mouvement de protestation de tirailleurs sénégalais (soldats originaires de plusieurs régions de l'Afrique occidentale française), ces hommes avaient pour tort de réclamer le paiement de leurs soldes, correspondant à leurs années de captivité par les Allemands en France durant la Seconde guerre mondiale. «Leurs frères d'armes» ouvrent le feu.

Des tirailleurs sénégalais ont en effet été prisonniers de guerre pendant quatre ans en France à partir de 1940. Après la libération, ces militaires rentrent à Dakar en novembre 1944. Ils doivent alors toucher leurs salaires avant de retourner, pour certains, dans leur pays d'origine. Devant les tergiversations de l'armée française, un mouvement de protestation est né. Les protestataires seront alors collectivement fusillés et leurs corps enfouis dans des fosses communes. Le bilan est lourd. Plusieurs morts sont enregistrés. (certaines sources évoquent 35 morts d'autres avancent un chiffre largement plus élevé)

Soixante-dix ans après ce sinistre évènement, le président français François Hollande, en visite officielle au Sénégal a rendu hommage aux tirailleurs «sénégalais» dans un discours prononcé le 30 novembre 2014, au cimetière de Thiaroye. Il a marqué «son refus de poursuivre un déni officiel de plusieurs décennies» et a salué « la mémoire d'hommes qui portaient l'uniforme français et sur lesquels les Français avaient retourné leurs fusils.»

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.