Ethiopie: Malgré la perte de Mekele, le TPLF affirme que la guerre n'est pas terminée

En Éthiopie, l'armée fédérale a pris le contrôle de Mekele, la capitale du Tigré. Depuis, la situation semble calme dans le fief du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) après plus de trois semaines de combats contre l'État central. Les forces d'Addis-Abeba recherchent toujours les leaders du mouvement tigréen qui, de leur côté, affirment que la guerre n'est pas terminée.

Le TPLF n'a pas l'intention de déposer les armes. Debretsion Gebremichael, le chef du parti, a déclaré être toujours au Tigré, dans une zone proche de Mekele. Le président de la région a promis qu'il continuerait à combattre « les envahisseurs ».

Dans le même temps, les médias tigréens ont affirmé que le TPLF avait repris une localité, et abattu un avion de chasse de l'armée fédérale. Des images du pilote, qui s'était éjecté avant le crash, ont été diffusées. Des informations impossibles à vérifier, car le Tigré est toujours coupé du monde.

Besoin d'une aide humanitaire

Côté humanitaire, le Comité international de la Croix-Rouge a lancé un appel pour que l'on vienne en aide à Mekele où les centres de santé subissent de sérieuses pénuries. L'hôpital Ayder manquerait par exemple de sutures, d'antibiotiques, d'antidouleurs, d'anticoagulants. Certains services ont été suspendus pour se concentrer sur les urgences et notamment l'afflux de blessés. Une situation très délicate alors que la chaîne d'approvisionnement est interrompue depuis début novembre. « Les agents de santé font ce qu'ils peuvent, mais ils ont besoin d'aide immédiatement », indique le CICR.

En attendant, le Premier ministre éthiopien s'est exprimé à la mi-journée devant l'Assemblée. Abiy Ahmed a largement vanté son action et celle de son armée. Il a affirmé qu'aucun civil n'avait été tué par les forces nationales de défenses éthiopiennes et que les opérations aériennes ont évité à 99% les dommages collatéraux. Là encore, des affirmations impossibles à vérifier pour l'instant.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.