Madagascar: Marc Ravalomanana - Interpellé par les forces de l'ordre à la sortie d'un culte religieux

Marc Ravalomanana a été encadré par les forces de l'ordre à Soavinandriana.

Marc Ravalomanana n'apprécie pas la manière dont il a été traité, hier, à Soavinandriana Itasy.

L'ancien président Marc Ravalomanana est, depuis vendredi, en tournée dans la région Itasy et Bongolava. Invité à plusieurs reprises à assister à des cultes, l'ancien président a profité de l'occasion pour faire une virée politique. Il organise des réunions publiques improvisées dans les villes comme Tsiroanomandidy, Ankadinondry Sakay ou Soavinandriana. Un petit discours devant quelques personnes et le voyage de Marc Ravalomanana sur la route Nationale 1 se transforme très vite en une tournée politique. D'ailleurs, ses lieutenants l'accompagnent durant ce passage à Bongolava et Itasy.

OMC. Hier, à Soavinandriana Itasy, la délégation conduite par l'opposant a croisé le chemin avec des forces de l'ordre à sa sortie d'un culte religieux tenu au temple FJKM de Soavinandriana dans le cadre de la célébration de son 150e anniversaire et durant lequel l'ancien président a été invité. Des éléments de forces de l'ordre se sont présentés devant la délégation de l'ancien président et l'ont interpellé. Le chef de district de Soavinandriana, patron de l'organisme mixte de conception (OMC) local, aurait lui-même été présent à cette rencontre. L'ancien président aurait été invité à rentrer immédiatement. Ses réunions politiques sont indésirables dans la région.

Liberté fondamentale. Le camp Ravalomanana a vite condamné. « En sa qualité d'ancien président de la République, conformément aux dispositions des statuts des anciens chefs d'Etat, de tels actes nous semblent relever l'excès de pouvoir et l'abus d'autorité ainsi que la violation manifeste de la Constitution qui garantit la liberté d'aller et de venir sur tout le territoire national de tout citoyen malgache », a-t-on souligné. Et de poursuivre que « ces actes constituent également une entrave manifeste aux libertés individuelles et font entorse aux principes aux libertés fondamentales de la démocratie, notamment à la liberté d'opinion, d'expression et de circulation, ainsi que la liberté de culte ».

Sérénité. Les autorités ont déjà appelé à cesser toutes manifestations politiques en dehors de la campagne électorale, pour assurer la sérénité du processus en cours. Mais le camp de Marc Ravalomanana ne l'entend pas de cette manière. L'ancien président essaie de contourner les interdictions de meeting auxquelles ont dû faire face ses partisans durant des tournées dans plusieurs villes, comme à Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa et Antsirabe. Marc Ravalomanana a pris le relais des tournées des parlementaires de l'opposition. Par ces meetings, l'opposition insiste alors à assurer sa présence malgré l'appel des autorités qui ne veulent pas engager le pays dans de nouvelles tensions politiques. Sur les réseaux sociaux, ce voyage de l'ancien président a été relayé par sa page officielle et partagé par ses partisans.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.