Soudan: La Télévision Nationale interviewe Hamdouk sur les questions actuelles

Khartoum — Le Premier Ministre, Dr Abdalla Hamdouk, a révélé que la deuxième vague du COVID-19 avait infecté 20 employés du cabinet, avertissant que la vague actuelle est plus violente.

Interviewé dimanche par la Télévision Nationale du Soudan, Dr Hamdouk a déclaré que le gouvernement ne fermera pas les hôpitaux et les centres de santé comme cela s'est produit lors de la première vague. "Nous ne cherchons pas à imposer le verrouillage total, mais la décision est liée à la pandémie, et la fermeture a un très grand impact sur le cours de la vie, et le verrouillage précédent a affecté les revenus de 42%, nous espérons que nous n'aurons pas pour le refaire. " a-t-il dit.

Le Premier Ministre a appelé les citoyens à s'engager dans les mesures de précaution sanitaires, affirmant la continuation de la politique du gouvernement de subvention des médicaments.

Répondant à une question sur le Comité d'autonomisation, Dr Hamdouk a exclu toute tendance à sa dissolution, mais plutôt à le développer pour le permettre d'accomplir ses missions suffisamment pour démanteler l'État à parti unique pour l'intérêt de la partie.

Il a souligné que les fonds fourni par le Comité d'autonomisation ont contribué à fournir le financement requis pour un certain nombre de questions, qu'il s'agit de parer l'impact des pluies et des inondations, ajoutant que le gouvernement est prêt à consulter les partenaires pour éviter les aspects négatifs du comité.

Quant à la situation économique du pays, le Premier Ministre a renouvelé la disposition du gouvernement de la période de transition pour parvenir à un accord sur une prescription économique pour traiter la situation économique actuelle sans continuer le traitement de la Banque Mondiale, en soulignant que la restructuration du secteur de l'or traitera une partie des difficultés économiques.

Il a admis que la levée des subventions de l'essence et du benzène est l'une des décisions les plus difficiles rencontrant le gouvernement, attribuant les lignes de carburant aux problèmes concernant la contrebande et à l'entretien de la raffinerie.

"Le gouvernement a mis des alternatives pour alléger le fardeau des citoyens à travers les programmes de (Selatti), ma marchandise, et les sociétés coopératives qui couvraient 15 États", a-t-il précisé.

Concernant l'agriculture, Dr Hamdouk a affirmé la nécessité du développement du secteur agricole, faisant allusion à un certain nombre de corporations, y compris la corporation des recherches agricoles, a été négligée par l'ancien régime, affirmant qu'un environnement approprié doit être créé pour développer le secteur.

Il a souligné que les préparations de la saison d'hiver du blé sont en cours au sein du Ministère de l'Agriculture et des cercles concernés pour atteindre une productivité sans précédent.

En ce qui concerne l'éducation, le Premier Ministre a souligné que les secteurs de la santé et de l'éducation représentent la priorité absolue du gouvernement, indiquant qu'il n'y a pas de développement sans des ressources humaines bien formées.

"Nous tenons à donner au secteur de l'éducation une priorité absolue et sommes sérieux au sujet de l'éducation gratuite dans le cadre des ressources disponibles." A-t-il dit. Ajoutant en disant : "Nous avons besoin d'une relation saine avec le reste des pays et dépendons d'abord de nos propres ressources".

Plus de: SNA

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.