Centrafrique: La Banque mondiale prévoit une croissance en baisse pour 2020

En Centrafrique, la Banque mondiale a rendu publique ce lundi 30 novembre son rapport annuel. En 2019, la croissance a légèrement baissé, passant à 3,1%, mais est restée bonne comparée aux pays de la région. Néanmoins, les perspectives de 2020 sont bien moins bonnes... La Banque mondiale prévoit pour 2020 une croissance nulle, voire négative jusqu'à -1,2 %.

En cause, la pandémie de Covid-19. Cette dernière risque d'empirer la situation d'extrême pauvreté, évaluée à 71%, en 2019. Pour renforcer l'économie centrafricaine, la Banque mondiale recommande la diversification des activités.

« Comment est-ce qu'on peut transformer la richesse de ce pays, dans le pays même, en créant de l'emploi et de la richesse ? Et comment aussi est-ce qu'on peut diversifier l'économie pour avoir plus de secteurs où l'on peut travailler ? Bien sûr, la transformation du secteur coton, bois, café, diamants ou encore les nouveaux produits qui ont beaucoup de potentiel dans ce pays comme l'huile végétale, légumineuses, la cire », souligne Han Fraeters, le représentant de la Banque mondiale.

L'échéance électorale est aussi une étape importante... Des élections pacifiques et transparentes joueront sur la stabilité économique. Et si des efforts ont déjà été faits, des réformes importantes devront encore être menées à bien.

« Il faut travailler avec le prochain gouvernement sur des réformes qui vont être difficiles. Il y a beaucoup de réformes qu'il faut faire pour améliorer le climat des affaires, améliorer la gestion des finances publiques qui de temps en temps vont aller contre les intérêts de ces individus qui seront au pouvoir mais qui vont être essentiels si l'on veut vraiment avoir une croissance, une économie inclusive », insiste Han Fraeters.

Des efforts supplémentaires sur la qualité de la gouvernance et de l'administration sont aussi à faire, selon la Banque mondiale.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.